L’histoire coopérative et sociale de Saint-Junien

Siège de l'USO dans les années 1950- archives municipales de Saint-Junien

En 1902, un groupe d’ouvriers décide de mettre en commun leurs économies dans un but coopératif. En effet, cela leur permet de survivre pendant les grèves, indépendamment du patron, en assurant par exemple leurs besoins alimentaires. Leur coopération porte le nom de l’USO (Union Syndicale Ouvrière). En 1904, ils créent un premier magasin alimentaire rue Louis Codet à saint Junien.

Suite à cela, l’USO se développe dans différents secteurs avec la création de nouveaux magasins, de nouvelles unités de production comme une ganterie en 1919, une mégisserie en 1927 et une papeterie en 1933. Elle se développe aussi dans le domaine social, en effet une caisse de retraite, une sécurité sociale, une caisse dentaire et une pharmacie mutualiste sont ouvertes. Ils mettent aussi en place une société mutuelle qui gère toutes les succursales.

L’USO se développe dans les domaines des loisirs et culturels, avec une bourse du travail en 1926, une colonie de vacances à La Giboire en 1935, des équipes de sport et une chorale.

Après la 2nde Guerre Mondiale les activités régressent jusqu’en 1960. L’USO est en concurrence avec les grandes surfaces. Ils effectuent des travaux pour modifier l’aspect des magasins afin de ressembler aux supermarchés, ils en créent un  sur le boulevard Brossolette en 1972. Ils fusionnent avec la coopérative régionale de Saintes (aujourd’hui groupe coop atlantique) en 1973. Après cette fusion trente magasins sont réunis sur les trois départements de la Haute-Vienne, la Charente et la Dordogne.

L’USO regroupe de nombreux domaines à tel point qu’elle devient un enjeu politique.Sortie de l'Usine - Photo Nat Farbman publiée dans Life magasine en 1951