Mai 24

Lectures de mai : SF,fantastique,fantasy et cie…

Dans le cadre du challenge du Printemps de l’Imaginaire francophone SFFFF (Science-Fiction, Fantasy, Fantastique Francophone), j’ai lu quelques pages et j’ai fait d’autres lectures aussi…

Hors challenge : La Gloire de mon père et Le Château de ma mère en BD  lus à double voix avec mon fils.***

 

 

 

 

 

 

 

Le manga Les Enfants de la baleine 01 d’Abi UMEDA chez Glénat : SF et FANTASY****

 On suit le jeune Chakuro, un enfant de la Baleine un peu à part qui va faire une rencontre sur un bateau-île sur la mer de dunes. Son monde va être bouleversé et éclater. Un premier tome qui donne envie de connaître la suite des aventures de Chakuro et Lycos que nous abandonnons à un moment très critique. Les personnages développés dans ce premier tome sont nombreux et avec des personnalités bien précises et détaillées. On aimerait pouvoir les retrouver tous dans le tome suivant. C’est dynamique, vif.

 Macha : une histoire de l’île d’Errance de GRIMALDI et PLENZKE chez Glénat.*****

Nous suivons l’histoire de Macha, des décennies avant celle de Bran, du tome 1. On découvre son amour pour Ronan et le début de la guerre entre les hommes et les créatures. Ronan est mortellement touché, alors Macha décide de trouver l’eau miraculeuse pour lui redonner la vie, mais elle va donner son pouvoir d’enfanter en échange. Elle retrouve Ronan mais quelque chose est brisé entre eux. Macha est une battante elle va faire ses choix et apprendre la magie. Une bande dessinée très bien rythmée mais trop vite lue. Le graphisme est superbe et le personnage de Macha déterminé, farouche, complexe. Elle est pleinement vivante.Une bande-dessinée à suivre.

Louca 1, 2, 3, 4 de Bruno DEQUIER chez Dupuis. *****Une bande dessinée sur le football avec un héros maladroit, Louca qui rencontre le fantôme d’un joueur de foot talentueux, Nathan. Ce duo improbable donne lieu à une bande dessinée rafraîchissante. Une bande dessinée très cartoon avec un humour à la manga pour les émotions exagérées (on retrouve Olive et Tom et tous les anime sur le sport). Une réussite ! C’est drôle, frais et on en redemande.

Le deuxième opus rappelle la série Olive et Tom leur de la confrontation. Les réactions improbables de Louca sont autant de fous rires. Un régal de divertissement rafraîchissant.

Opus 3 : Le match contre les Condors rappelle une fois encore Olive et Tom. Les acrobaties de Louca plus facétieuses les unes que les autres en font un maître de la gaffe. Nathan retrouve la mémoire et revit une partie de sa dernière journée. Les liens se resserrent entre les deux personnages que tout oppose. Une série à suivre pour sourire et rire.

Opus 4 : Nouveaux rebondissements dans cette histoire avec toujours les mêmes ingrédients qui font que la magie du divertissement opère. Toujours aussi frais et hilarant avec une pointe de tristesse et d’amertume. 

Génération K (tome 1) de Marine CARTERON, le Rouergue (épik).****

Génération K est le premier tome d’une trilogie. Plusieurs voix alternent pour dévoiler un peu plus le mystère qui entourent trois personnages : Georges, Mina et Kassandre. Tous les trois vont apprendre une partie de leurs origines et découvrir un secret effroyable. Les évènements s’enchaînent et le rythme de l’action est soutenu. Un étau implacable se resserre autour de nos « héros », personnages avec une part d’ombre, de noirceur assumée. On évolue dans un univers de violence et de sang. Ce tome introductif met en place un engrenage qui va inéluctablement tout broyer dans le second opus. L’univers de la génétique et des lobbies pharmaceutiques flirte avec le monde de la mafia et du mysticisme. C’est dense et assez original. Une lecture percutante pour des adolescents dès 14 ans.

La Guerre de 14 n’a pas eu lieu d’Alain GROUSSET, Flammarion.****

Une petite uchronie qui met en scène Constance, une rousse au caractère indépendant qui va être jetée dans un engrenage dangereux en acceptant d’être espionne pour la France en Allemagne. Nous sommes en 2014, deux murs militaires séparent la France de l’Allemagne ; cette double frontière épuise l’économie de ces deux pays, affame la population alors que le reste du monde prospère. Constance, jeune femme active et indépendante déplore cette situation, elle va faire une rencontre décisive pour sa vie mais aussi pour l’avenir des deux pays. Très vite, Constance va intégrer une agence d’espionnage et suivre un entraînement intensif car l’urgence est là. La suite de l’histoire va montrer une Constance libérée et libre dans ses actes et pensées a contrario de ce que supposaient ses supérieurs. le personnage féminin est ici très fort et intéressant à suivre. C’est une lecture fluide et rapide, agréable mêlant malicieusement espionnage, histoire, féminisme.er

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mai 24

Lectures de mai (Mois de la fantasy)

Participation au challenge Mois de la Fantasy d’où les lectures suivantes avec 1 coup de cœur.

Les Élémentaires de Nadia COSTE chez Castelmore. ****

Les Elémentaires de Nadia Coste, chez Castelmore : un one shot plein d’actions mais à la fin plutôt décevante. Je trouve que le point de départ avec cette fille de duc qui s’enflamme à tout bout de champ est très bien vue. Le style est fluide et facile, les chapitres courts. Il y a beaucoup de péripéties, mais un peu redondantes. Kiana, Grégoire, Christian et Cassandra forment un joli quatuor de diversités mais je n’ai pas l’empathie que je souhaiterai avec les personnages, ils restent distants et la fin justifie ce sentiment de non sentiment dans cette histoire. Je déplore cette absence qui gâche un peu le plaisir. C’est très terre à terre, il n’y a pas d’envolée, d’émotions.

 

Phitanie 01 de Tiphaine CROVILLE chez Rebelle éditions. *****

 

Phitanie est à rapprocher de la Quête d’Ewilan, l’héroïne Héloïne fait un pas de côté et se retrouve dans un monde à l’intérieur de la Terre où les éléments (l’air, l’eau, le feu et la terre) sont contrôlés par les Moundis, maîtres d’une magie mais poursuivis et souvent embrigader par un roi Valdaraus, cruel, despotique. J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, ça manque de fluidité au départ, et on a une impression de déjà vu. Mais assez vite, on se laisse happer par l’histoire et les personnages auxquels on s’attache. J’adore la deuxième partie, quand Héloïne apprend à devenir une guerrière, une combattante malgré ses réticences. Je n’ai plus lâché le livre à partir de ce moment. J’attends la suite qui devrait arriver incessamment sous peu. Un beau récit initiatique de fantasy avec un soupçon de romance et de l’action qui présage un deuxième tome plus sombre mais sans aucun doute savoureux. L’évolution du personnage féminin et son caractère franc m’ont séduite. Une lecture que je conseille dès 12 ans pour s’envoler à dos de Pégase à la découverte des éléments.

La Rusalka d’Erin BOW chez Alice. ****

Une histoire qui se passe dans un monde proche du Moyen Age, noyé dans la misère et la famine, les peurs et les superstitions, les chasses aux sorcière et aux talismans porte-bonheurs. On découvre Kate une jeune apprenti sculptrice sur bois avec son père, mais la famine fait rage et ce dernier meurt laissant Kate sans famille. Elle va donc travailler pour survivre, elle a un véritable don pour la sculpture mais déjà la famine pointe et un mystérieux sorcier lui demande de lui donner son ombre contre de l’argent, elle refuse. Des morts mystérieuses et des événements insolites ont lieu autour de Kate. On l’accuse de sorcière et elle est contrainte de fuir. Le sorcier passe un marché avec elle qu’elle accepte contrainte et forcée. Commence alors pour elle et son chat Loque, un périple long et pénible avec d’heureuses rencontres avec les Vagabonds mais la malédiction des hommes endormis la suit, la malédiction de la Rusalka. Une histoire qui baigne dans une atmosphère humide, un brouillard permanent presque palpable. La relation de Kate avec ceux qu’elle côtoie est toujours dans la retenue. Kate la solitaire est un personnage entier que j’ai aimé découvrir, courageuse et sans artifice , elle essaie de se sortir de situations inextricables en se rappelant les conseils de son père. Beaucoup de tristesse imprègne ce roman mais une volonté, un espoir tenu est toujours là, un fil très fin mais solide dans ce monde de peurs. Une lecture que je recommande donc pour les amateurs de folklore slave.

La Volte de Yann FASTIER chez Talents hauts.**

Un roman jeunesse plein de péripéties avec deux personnages féminins forts. J’aime l’univers autour de la volte et du fluxe, cette énergie électrique particulière. Mais j’ai été déçue par la fin qui semble bâclée, ça part dans tous les sens. Dommage !

Dodoma 01 de Jun SHIRAISHI chez Komikku.

On se trouve à Orbis un monde clos dans un univers post-apocalyptique. Nous suivons Mana et son grand frère Shino lors d’un tremblement de terre qui révèle la vraie nature de leur monde. Un premier tome prometteur avec une relation entre frères très forte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes amis de la forêt enchantée : Rubis Poil-Roux et la danse des étoiles de Daisy MEADOWS chez PKJ.

Une petite aventure en forêt enchantée à la rencontre de la famille de renards Poil-Roux. Manon et Lili ont une fois de plus suivi la chatte Goldie pour sauver les animaux de la forêt enchantée des griffes de la sorcière Grizelda. Il est question de pierre de lune, danse, dragon et étoiles dans cet opus à découvrir à partir de 7 ans. C’est sans prétention, et cela ravira les amoureux de la nature, des animaux et de la magie.

 

 

Enregistrer

Mai 24

Lectures d’avril (2) : BD

J’ai lu 5 bandes dessinées dont un coup de cœur.

Deux BD fantasy :

Dwarf 01 : Wyrïmir de SHOVEL chez Delcourt. ****

Premier opus de la bande-dessinée qui rend compte de la naissance d’un nain marqué d’une prophétie. Son père le prend et le cache dans la forêt de Bélouve au milieu des sylves, ennemies des nains. A la mort du père, Oth doit fuir pour échapper aux nains qui le cherchent. Il va communiquer avec les animaux et s’allier aux sylves pour accomplir son destin. Un début de saga bien menée, en attente de la suite pour voir comment le jeune nain s’introduit dans la citadelle du roi des nains. Un schéma classique de fantasy avec un dessin de bonne facture. On passe un bon moment de lecture.

 

Mon coup de cœur : Ellana 01 : l’enfance d’après Pierre BOTTERO par LYLIAN, Montse MARTIN chez Glénat. *****

Nous découvrons une jeune fille qui se retrouve orpheline après l’attaque de Raïs, un peuple cruel qui décime le convoi d’humains dans lequel la petite fille se trouvait. Elle est recueillie par les Petits, un peuple pacifique qui l’élève au milieu des arbres. A 13 ans, elle décide de retrouver la trace de sa famille pour se reconstruire et quitte le petit peuple pour s’aventurer chez les humains. de péripéties en aventures, elle devient Ellana et ressort grandie de son voyage, acceptant enfin sa condition d’humaine. une héroïne intrépide que l’on prend plaisir à suivre. Cela donne envie de lire la trilogie de Bottero. Par ailleurs, les dessins sont sublimes et transcendent l’histoire. Un coup de cœur.

Trois BD fantastique :

Harmony 01 : Memento de Mathieu REYNES chez Dupuis.****

Harmony se réveille et ne sait plus qui elle est et où elle est. Elle se méfie de son geôlier. Pourtant, elle va découvrir qu’elle possède de drôles de pouvoirs, mais elle doit fuir car des gens s’intéressent à elle. Un premier opus bien mené qui introduit bien le personnage d’Harmony.

 

 

 

 

 

 

 

Bran : une histoire de l’île d’Errance de GRIMALDI et PLENZKE chez Glénat. *****

Une bande dessinée où l’on découvre un monde où les personnes présentant des anomalies, des signes d’animalité sont emprisonnés ou tués. Bran, fils du seigneur de l’île d’Errance, est un personnage prétentieux qui va subir une malédiction qui le transforme en corbeau parlant le jour et qui retrouve son corps la nuit mais avec le langage de l’oiseau. Cela me rappelle Ladyhawke, que j’adorais regarder quand j’étais plus jeune. Il va rencontrer Macha, une femme-renarde guérisseuse et ça vie va prendre un virage à 90°. Une bonne BD à découvrir tant pour l’histoire que pour les dessins. Les personnages sont intéressants et l’univers aussi.

Magda Ikklepotts 01 : Le monstre dans le placard de François DEBOIS, KRYSTEL chez Ankama.****

On découvre le personnage de Magda, une sorcière arnaqueuse qui va se retrouve recruter par la police suite à des meurtres perpétrer sur des sorcières. Une bande-dessinée dynamique avec des dessins très sympas. Une série à suivre…

Enregistrer

Mai 23

Quelques lectures du mois d’avril (1)

J’ai lu 10 romans ce mois-ci. Voici un petit aperçu pêle-mêle.

La trilogie Le Livre de Saskia de Marie Pavlenko, éditions PKJ éditée auparavant par Scrinéo, saga que j’ai dévorée, un vrai coup de cœur.

 

Dans le premier tome, l’on rencontre Saskia, une lycéenne, sans histoire. Pourtant, elle va avoir 18 ans et des événements étranges vont s’enchaîner. Elle va faire la connaissance de Tod et Mara et sa vie va basculer, ses origines vont en partie être révélées… Quant à son identité, là… C’est plus problématique. On suit donc Saskia dans ses découvertes et avec ses amis. Ce roman fantastique est plutôt rondement mené, sans temps mort, finissant sur un rebondissement qui augure que du bon pour la suite.

Dans le tome 2, Saskia va être séparé de Tod, elle va grandir et appréhender ses nouveaux pouvoirs, entraîner ses amis Gardiens et humains dans son aventure au Nid (repaire stratégique du clan de Faucheurs du père de Tod). Beaucoup d’actions, dans ce tome et surtout une fin qui demande de lire la suite d’urgence. Je suis déjà plongée dans ce dernier tome à l’heure où j’écris cette critique. C’est différent du premier tome, où Saskia était dans la découverte d’un nouveau monde, de son identité. Ici, les relations changent, les épreuves la font grandir et prendre conscience des dangers qu’elle fait courir aux autres, à ceux qu’elle aime.

Le dernier opus clôt magnifiquement la saga. Des rebondissements, des moments de doute et des combats permettent de passer un bon moment. On s’attache aux divers personnages bien campés et aux caractères fouillés. C’est une bonne saga young adulte à conseiller.

 

Un ogre en cavale de Paul Beorn chez Castelmore : un roman fantasy qui va à cent à l’heure, pas le temps de souffler.

 

Je trouve ce roman proche d’un dessin animé. L’action est continue, les péripéties s’enchaînent à une allure folle et on suit l’héroïne dans la poursuite de son cœur dévoré par un ogre venu d’une autre dimension. Des poudres magiques, des gobelins, la traversée de Paris, des fantômes et des magiciens avec un ogre et une méchante tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Pour des lecteurs entre 9 et 12 ans.

Chez l’éditeur Plume Blanche, j’ai découvert deux romans très différents mais très intéressants :   Les Autres de Sandra Moyon et De l’autre côté de l’eau de Sarah Clain.

Ce roman jeunesse est une quête initiatique qui entraîne cinq personnages tous différents et qui pourtant vont s’unir face à l’adversité et aux épreuves. Dans un monde inventé, l’auteur nous invite à être curieux. J’ai adoré l’univers créé par l’auteure avec des résonances avec d’autres univers connus et pourtant une cohérence et une beauté toute particulière. J’aime beaucoup la plume de l’auteur fluide et précise à la fois, un peu poétique aussi. Un roman que je recommanderai donc chaudement.

Merci aux éditions Plume Blanche pour cette lecture. Ce roman assez vite lu est abordable dès 12 ans malgré une thématique autour d’humains assoiffés de sang et autres créatures malfaisantes. Ce premier tome est centré sur Soen un adolescent maltraité. Nous sommes projetés dans un monde post-apocalyptique où les humains survivent entre de hauts murs qui les séparent des Autres (humains dénaturés et autres créatures sanguinaires) vivants dans la Fosse. Ce premier tome introductif nous fait découvrir Soen, et dévoile peu de choses sur la Fosse et ses habitants, l’enjeu et les rouages de ce monde ne seront découverts que dans le prochain tome, semble-t-il. On s’attache à Soen, cet adolescent loin d’être un héros, plutôt une victime qui semble sortir de sa torpeur à la fin du tome pour révéler sa vraie nature courageuse. On a envie de connaître la suite, voir Soen et retrouver son ami Josh. J’ai beaucoup apprécier la relation de la tante Judith avec Soen et le côté manipulateur de cette femme qui harcèle constamment Soen sans que personne ne voit quoique ce soit. Je trouve que le ressenti de Soen victime de ces maltraitances et harcèlements est très juste. C’est dur et le découragement, l’envie de mourir de ce dernier sonne vrai. Une belle découverte.

Penny Cambriole : Mineurs sans âmes de Cécile Duquenne chez Rouge Safran.

La deuxième aventure d’un drôle de quatuor, « veilleurs du temps » composé de Penny cambriole, une jeune fille trépidante de notre époque, Jules, le Jules Verne, jeune, Jack et son chien Rollo, qui n’est autre que Jack London et enfin Maria, alias Marie Curie. Nous les retrouvons après un face à face avec un Arsène Lupin digne du comte Olaf des orphelins Baudelaire. Ici, il parte à la recherche de Maria qui a disparu et l’on plonge dans la peinture impressionniste et le steampunk avec un voyage dans l’espace temporel. Une bonne lecture qui me donne envie de lire le premier tome pour voir comment les personnages se sont rencontrer.

 

Hugo de la Nuit de Bertrand Santini chez Grasset

J’ai trouvé ce roman distrayant mais ce n’est pas un coup de cœur. Je pense que j’avais bien trop d’attentes vis-à-vis de cette lecture. La magie n’a pas opérée. On découvre Hugo qui vit sur un domaine immense avec ses parents. Un jour, qu’il se promène dans la propriété il découvre un cimetière. Mais entre rêve et réalité, le lecteur est vite dans la confusion. Il voyage dans l’imaginaire de Hugo et se retrouve au milieu de fantômes, de meurtres et la mort plane au-dessus d’Hugo. Des nombreux passages sont très drôles, notamment avec les fantômes, mais l’angoisse n’est jamais très loin, tapie dans l’ombre. Le fantastique est bien là, c’est sûr. A lire dès 11 ans.

 

Le diable rôde à Dantigny d’Adeline PAVAGEAU chez Nouveau Monde.

Une enquête au Moyen Age rondement menée par le sénéchal et dans l’ombre par son fils Gros Pierre et ses amis. Entre chasse aux sorcières et fausses pistes, Gros Pierre va apprendre l’humilité et le pouvoir de la rumeur. On croise un personnage haut en couleurs Rabelais, simple figurant dans cette histoire à laquelle il apporte toute sa facétie. Un récit plein de rebondissements. Une lecture très plaisante dès 11 ans.

Le club des métamorphe 01 : le manoir aux secrets de Camille BRISSOT chez Rageot.

Le club des métamorphes comprend trois membres non assortis dans cette aventure fantastique : Armand, plutôt peureux et harcelé, qui se transforme en araignée, Pepper, une file au caractère bien trempé mais à la vie triste, métamorphe en devenir et Miranda, la fille la plus populaire du collège qui a une grand-mère inquiétante habitant un manoir hanté. Ces trois acolytes vont se retrouver pour enquêter autour de mystérieux vols qui se concentrent sur leur ville de Beauvallon. Ils vont alors dévoiler de nombreux secrets. C’est un roman bien rythmé, court, appréciable pour des 9-12 ans entre policier et fantastique, un club des cinq à trois avec des personnages singuliers et bien amenés.

Enregistrer

Enregistrer

Mar 25

L’Histoire impossible à peindre de Claire Ubac

L’Histoire impossible à peindre de Claire Ubac, L’Ecole des Loisirs, Neuf, janvier 2004.

Nous sommes sur le septième continent dans un territoire où les femmes dirigent, au royaume d’Urcande.

La reine au pouvoir a choisi son héritière. Voici venue l’heure des épreuves pour la future mariée. Mais ces épreuves sont truquées, les prétendants au trône n’ont aucune chance à moins que…

Dans ce conte d’apprentissage, l’héroïne va découvrir qu’elle est dans une prison dorée , qu’elle ne choisit pas son destin. Les récits du jeune berger (d’autres contes de sagesse), permettent à la jeune fille d’ouvrir les yeux sur un autre monde possible.

Une belle plume et des récits qui s’enchâssent et se répondent. Un vrai plaisir de lecture.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mar 24

Le talisman des étoiles de Kochka

Le talisman des étoiles ou Jutta la louve de Kochka, Oskar éditeur, 04/2016.

Ce petit roman merveilleux relate un conte initiatique. Un talisman protège les bienveillants et notamment Godefroi qui le transmet à Petits Souliers, Jutta avant de partir pour parfaire son apprentissage de la vie. Godefroi marche sans se retourner et va grandir au fil de ses rencontres. Mais Jutta reste dans son esprit, toujours présente. La force de leur amour va les faire se retrouver. Ce conte d’amour est empreint de poésie.

Une lecture apaisante.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mar 22

Lou 3, 4 et 6 de Julien Neel

Lou 3, 4 et 6 de Julien Neel, Glénat, 2006-2012.

J’ai lu toute la série des Lou. Et j’ai beaucoup ri. On passe donc un très bon moment avec Lou et ses états d’âme.

Lou 3  : Lou est en pleine confusion. Elle se cherche et sort de l’enfance. Ce moment de doute et de vide est évoqué mais toujours avec légèreté. J’adore le chat psychologue qui donne sa version de l’adolescence. La relation parent-ado est abordée également et de nouvelles amies pointent le bout de leur nez.

Une BD à mettre dans toutes les mains adolescentes, donc. 

 

 

Lou 4 : Idylles. Lou part à la plage avec ses amies et va connaître les joies et les déboires des amours de vacances.

Un bon moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

Lou 6 : L’âge de cristal. Lou a encore grandit, elle s’occupe de son petit frère Fulgor. Mais le monde est bizarre… Tout semble perturbé. J’ai moins aimé cet opus, qui semble sans queue ni tête.

Mais à lire pour suivre notre héroïne.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mar 22

Le printemps de l’imaginaire francophone : un nouveau challenge littéraire !

Inscription au challenge Le Printemps de l’Imaginaire Francophone (#PIF) palier le plus élevé avec option » petit éditeur ».

Avec un groupe de documentalistes de la Creuse, nous allons essayer de construire un prix littéraire autour de l’imaginaire pour les jeunes.

En faisant quelques recherches sur le sujet j’ai déniché ce challenge et je me suis lancée une fois encore.

Voici rapidement l’objectif de ce challenge : (je copie/colle les règlements de Zahardonia sur le site : http://www.monde-fantasy.com/).

Récapitulatif du challenge

  • Du 1er mars au 1er juin

  • Lire des œuvres (romans, BD, albums, recueils, mangas,…) de Science-Fiction, Fantasy, Fantastique écrits par des auteurs francophones

  • 3 paliers de difficultés : lire au moins 1, 3 ou 6 ouvrages.

  • Une option : lire au moins un ouvrage d’une moyenne ou petite maison d’édition ou d’un auteur auto-édité.

  • Un groupe facebook : Le Printemps de l’Imaginaire Francophone

    Palier 1 : Les rêveurs et rêveuses invétérés

    Palier 2 : Les mages vagabonds

    Palier 3 : Les scientifiques fous ( c’est celui que j’ai choisi !)

    J’ai lu déjà un petit conte critiqué en amont sur le blog et je suis en pleine lecture de la Quête d’Ewilan de Pierre Bottero. M’attendent encore plein de lectures passionnantes, je l’espère !

    A cette PAL, viendront s’ajouter les livres de mes collègues lors de notre échange sur le prix de l’imaginaire et surtout nos recherches de lectures pour la sélection 2017-2018.

Nos lectures vont certainement nous faire voyager dans les étoiles, à travers le temps, les mondes parallèles et aux portes de l’effroi, j’en frissonne d’avance.

D’autres articles suivront pour présenter notre ligne de conduite pour ce prix et les objectifs que l’on se fixe avec un tel défi.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mar 19

Askeladen et le pari contre le troll de Laurent Peyronnet et Godo

Askeladen et le pari contre le troll de Laurent Peyronnet et Godo, Nats éditions, mai 2016.

Ce conte est un rappel du Vaillant Petit Tailleur. On retrouve les mêmes épreuves entre le tailleur et le géant lors de leur pari. Pour la partie, sur la fratrie, on peut se rapprocher du conte le troll sous le pont qui met à l’épreuve les trois frères. Askeladen, notre petit héros vit dans une famille près de la forêt. Son père, bûcheron se faisant vieux, demande à ses fils d’aller couper le bois dans la forêt. Les trois frères vont rencontrer un troll et réagir en fonction de leur caractère.   Ici, le jeune fils est le plus courageux et le plus astucieux face à la cruauté du troll. La morale de l’histoire rappelle que l’intelligence apporte la richesse et que la paresse n’aboutit à rien. C’est un petit conte de sagesse plutôt traité de façon traditionnelle. L’écriture permet une lecture à voix haute agréable et fluide. Une version bilingue français/allemand est proposée ce qui est intéressant pour les frontaliers.

Les dessins de Godo permettent de plonger dans un imaginaire de conte aux couleurs douces aux teintes vertes et ocres dominantes.

Une bonne lecture.

Mar 11

Le dévoreur d’hommes d’Horacio Quiroga

 Le dévoreur d’hommes d’Horacio Quiroga, illustré par François Roca, février 2003.

 Rajah, est un tigre du Bengale, il nous raconte sa vie bouleversée par des chasseurs. De sa condition royale dans la jungle à sa déchéance dans un cirque sous la coupe d’un dompteur cruel. Il ne perdra jamais de vue son envie de liberté et de vengeance.

Une nouvelle où la relation de Rajah et des hommes est complexe et indissociable.

L’écriture d’Horacio Quiroga est subtile et empreinte de mystère, il magnifie les personnages.

Les illustrations de François Roca rendent compte de la magnificence du tigre. Les couleurs chaudes dominent dans cette atmosphère où les émotions, l’instinct, la révolte priment. Les regards sont aiguisés ou mélancoliques (notamment chez le jeune Lord).

Un album magnifique à dévorer.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Articles plus anciens «