Mar 30

Une soupe de cailloux

Le 9 février 2017, remue-ménage en salle de technologie ! Pour la matinée,  cette salle de cours se transforme en salle de spectacle : les deux classes de troisième donnent une représentation théâtrale intitulée Une soupe de cailloux.

Julien et Alban, dans leurs habits de soldats
(Photo montage Béatrice Rosier)

Dans le cadre d’un EPI Culture et création artistiques, les élèves de 3ème ont étudié la Première Guerre mondiale.

Cet EPI regroupait trois matières : l’histoire, le français et les arts plastiques. Il a donné lieu à une pièce de théâtre, écrite et jouée par les élèves.

Rassembler des informations

Bien évidemment, pour écrire cette pièce, il a fallu s’appuyer sur les connaissances apprises en classe : étude de documents, étude de lettres de poilus mais aussi recherches auprès des familles pour retrouver des objets ou des témoignages sur la guerre.

Écriture et mise en scène

Les textes ont été écrits par les élèves  et ils ont été enregistrés car il avait été décidé de jouer en playback. Il a fallu aussi répartir les rôles et se mettre d’accord sur la mise en scène.

Une soupe de cailloux : l’histoire

La pièce de théâtre met en scène un poilu qui, juste après la signature de l’armistice le 11 novembre 1918, rentre chez lui, à pied. La nuit tombe et il décide de s’arrêter dans un village, au pied d’un arbre, pour se reposer et se faire une soupe de …cailloux. En effet, le pauvre soldat n’a rien à manger. Heureusement, bien que détruit par les bombardements, le village est encore habité et les habitants viennent tour à tour à la rencontre du soldat.

Au début, les villageois sont prudents, voire hostiles car ils s’imaginent que les Allemands sont revenus. Une fois rassurés, ils apportent tous des légumes au soldat pour qu’il puisse se faire une vraie soupe. Mais le plus important, pour eux tous, c’est de pouvoir parler de la guerre, raconter leurs souvenirs, parler de leurs disparus, lire une lettre, montrer un objet,….

Une belle aventure

Dans l’ensemble, les élèves sont plutôt satisfaits de ce travail même si, au début, ils étaient un peu déroutés par le projet.  Nous avons appris des choses sur la guerre, les origines de certaines armes et sur des personnages historiques. Le spectacle  nous a également appris à vaincre notre peur du public.

Alban, 3ème

Les textes et diaporamas du spectacle

Une soupe de cailloux – Classe de 3ème 1

Une soupe de cailloux – Classe de 3ème 2

Mar 28

Le chardonneret, un oiseau victime des braconniers

Le chardonneret est un petit oiseau  qui vit dans les forêts, les champs de tournesol, les vergers et les jardins.

On  trouve des chardonnerets dans toute l’Europe  mais ce petit oiseau est en danger car il est malheureusement recherché par les braconniers.

Chardonneret élégant. Famille des Fringillidés. Ordre : Passériformes (photo www.oiseau.net)

Les braconniers les capturent avec des gluaux ( branches enduites de colle )  pour les revendre sur le marché noir ou les mettre aux enchères sur internet. Un braconnier a réussi à vendre un chardonneret à 1000 euros car l’oiseau était un excellent chanteur.

Capturer un chardonneret est sévèrement  puni par la loi. En avril 2016 , le tribunal correctionnel de Tarascon a été  très sévère avec un braconnier qui a écopé de 4 mois de prison ferme.

Le chardonneret fait désormais partie des espèces protégées.

Alexis,  6ème

Mar 28

Projet Harcèlement « BASTON »

Tous les jeudis, de 16h à 17h, un petit groupe d’élèves se retrouvent au CDI pour préparer une vidéo.  sur les dangers du harcèlement.

Harcèlement (© Photo Sylvie Edery – Elodie Jubert)

Ce n’est pas la première fois que les collégiens bonnachons s’investissent pour lutter contre le harcèlement. En 2015, un groupe d’élèves, encadrés par Géraldine, animatrice du PIJ, avaient réalisé une affiche qui fut primée au niveau académique. Cette fois, les élèves ont choisi de réaliser une vidéo.

Tous les élèves participants sont volontaires : ils sont 13 à se retrouver le jeudi au CDI et travaillent sous la responsabilité de Mylène Dayan, animatrice du PIJ, et Sylvie Edery, professeur-documentaliste.

Après avoir échangé sur le harcèlement et partagé leurs points de vue, les élèves imaginent une histoire qui met en scène leurs représentations sur le harcèlement. Leur message : ne jamais se taire quand on est victime ou témoin de harcèlement. La meilleure lutte, c’est la parole.

Ce travail d’écriture et de mise en scène se déroule dans une belle ambiance chaleureuse : chacun  trouve sa place qui en tant qu’acteur, qui en tant que technicien et le travail de tous est valorisé. Pas facile de réaliser une vidéo de 2 minutes seulement ! Il faut faire des choix, aller vers l’essentiel et faire en sorte que le message soit efficace.

C’est une expérience enrichissante et tous les élèves parlent déjà de renouveler ce projet.

BASTON (la vidéo)

Louis et tous les élèves du Projet « Non au Harcèlement

 

 

Mar 27

Halte à la déforestation !

La déforestation n’est pas un problème nouveau et touche toutes les forêts tropicales, sur tous les continents, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud.

Des chiffres qui impressionnent…surtout en Amazonie

Il y a quatre siècles, 66% des terres étaient recouvertes de forêts, aujourd’hui seulement un tiers !

L’Amazonie est la principale victime et représente 53 % de la déforestation mondiale. Chaque seconde, 1350 m2 de forêt disparaissent, soit un terrain de football toutes les 7 secondes !

La déforestation amazonienne est effrayante.

Pourquoi « déforester » ?

Il existe plusieurs causes à cette déforestation excessive : l’expansion agricole, l’extraction de matières premières comme le pétrole ou le gaz, l’exploitation du bois.

Des conséquences désastreuses

Les forêts sont très importantes et indispensables. Elles régulent le climat et le régime des eaux. Les feuilles des arbres filtrent l’air, absorbent les poussières et les microbes. Elles rejettent de l’oxygène. Grâce à elles, l’air est plus pur !

A partir de là, tout le monde peut comprendre que la déforestation a beaucoup d’effets négatifs pour les humains et la planète : elle provoque la disparition des espèces végétales et animales ; elle peut être à l’origine de catastrophes naturelles ; elle favorise le changement climatique et l’effet de serre.

C’est sûr ! Il faut trouver des solutions pour stopper la déforestation. C’est essentiel et vital pour nous tous.

Louis, 6ème

Sources : www.notre-planete.info

                  www.zero-deforestation.org

                  www.lepapier.fr

 

 

Mar 23

Des élèves du collège de Bonnat jouent aux journalistes à l’ESPE

Mardi 21 mars 2017, pendant une matinée , des élèves du collège de Bonnat ont pu interviewer plusieurs personnes qui fréquentent l’ESPE. Une façon de mieux découvrir ce qu’est le rôle de l’ESPE.

Tangi Belinger, 25 ans, est professeur des écoles et vient chercher des ressources pour travailler avec ses élèves. Il s’occupe des classes de CE2, CM1 et  CM2. Ce professeur était étudiant à l’ ESPE l’année dernière. Tangi préfère travailler dans la bibliothèque de l’ESPE car il y a beaucoup de calme et de manuels scolaires qu’il peut emprunter. Il y à toutes sortes de manuels de différentes matières comme le français; les maths; les sciences; l’anglais…

Céline Zéphir, 53ans, est une personne d’entretien, elle nettoie toutes  les salles et s’occupe du courrier. Elle travaille seule en ce moment. Pour l’ aider le responsable de l’ESPE a placé des affiches dans toutes les salles pour éviter qu’il y ait  trop de  déchets par terre.

Christine, enseignante, s’occupe de la formation des futurs professeurs. Selon elle, c’est très intéressant de s’occuper des élèves, ils sont sérieux et très intéressés. C’est très différent de l’école car ce sont des adultes qui viennent apprendre un métier.

Alban, Arnaud, Lindsay et Maëlle

 

Mar 21

A la rencontre des étudiants

Certains élèves du collège Marc Bloch ont été sélectionnés pour participer à la 7e édition du Défiblog. Pendant cette journée, ils ont eu comme mission d’interviewer le personnel et quelques étudiants.

Voici le portrait de certains d’entre eux.

Trois étudiants ont été interviewés :

Elle est originaire de Périgueux (24)

Lucie est originaire de Périgueux (24), elle étudie à Guéret car c’est le seul endroit où elle a été acceptée pour suivre sa formation.

 

 

 

 

Alexandre, est originaire de Guéret, il est ici par choix.

 

Romane, originaire de Vieilleville (23) étudie ici également par choix.

Depuis septembre 2016, ils sont tous les trois dans la même promotion et se préparent au DUT carrières sociales.

 

 

Une documentaliste :

Jeanne Gluck est médiatrice culturelle pour Canopé qui est un centre de documentation pédagogique pour les enseignants du département, elle fait le lien entre les structures culturelles du département (musée, théâtre, la vallée des peintres…) et les établissements scolaires. Canopé est un réseau qui se situe dans le bâtiment de l’ESPE . Jeanne Gluck travaille plus souvent dans la bibliothèque de l’ESPE qui contient des livres universitaires et un espace jeunesse qui est ouvert au public extérieur.

Alban et Marie

Mar 21

Histoire de l’ESPE, ce château des savoirs

L’ESPE (Ecole supérieure du professorat et de l’éducation) se situe 1 avenue Marc PURAT à Guéret. C’est un bâtiment vaste et imposant qui a une histoire.

Ce bâtiment a été construit par l’architecte Germain Sauvanet en 1896 : il y a une plaque à sa mémoire au musée de Guéret depuis le 5 décembre 2016 .

Germain Sauvanet
(photo Wikipédia.org)

Il y a 18 salles de cours et 4 niveaux. Tout au début, c’était un hôpital. Ensuite le bâtiment est devenu une école de formation des instituteurs et c’était une école de garçons. Le bâtiment a été rénové plusieurs fois.

Le surprenant clocher a été construit pour faire concurrence à l’église. C’est le plus haut clocher de Guéret.

Le clocher de l’ESPE

Célicia, Théo, Louis

Mar 21

Journalistes d’un jour

Dans le cadre de la 7ᵉ édition du Défiblog de la Creuse, Flavie Jolly et Alexis Lang, élèves de 6e au collège Marc Bloch de Bonnat, ont interviewé Monsieur Laurent Cantamessa.

Après une activité professionnelle au sein de la faculté de droit de Limoges, Monsieur Cantamessa devient responsable administratif du campus de Guéret en septembre 2015.

Le campus est le regroupement de l’ensemble des formations de l’université de Limoges présentes à Guéret. Il est dirigé par un enseignant chercheur qui représente le président de l’université de Limoges.

Le rôle de Laurent Cantamessa : être en relation avec les élus locaux, mettre en œuvre les grandes décisions politiques et faire fonctionner le campus au quotidien en lien avec les services centraux de l’université de Limoges.

Le campus compte environ 200 étudiants répartis sur 2 sites : celui de l’ESPE et celui du Pôle Domotique. Son fonctionnement nécessite 6 personnes ainsi que 10 enseignants permanents et 60 enseignants vacataires (des intervenants professionnels).

A Guéret, on propose aux étudiants une formation en DUT carrières sociales ainsi qu’un Master métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation.

Pour Laurent Cantamessa, il n’y a pas deux journées qui se ressemblent, il s’investit dans des projets en lien avec les partenaires locaux et les collectivités locales qui s’accomplissent sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, cette responsabilité a d’ailleurs sa préférence. Il a également en charge des actions plus concrètes comme la gestion du budget et de la scolarité.

Flavie et Alexis, journalistes d’un jour

Nov 20

Un bébé opéré dans le ventre de sa mère !

Pour la première fois, en France, un foetus de 5 mois a été opéré dans le ventre de sa mère, à Paris.

C’est une première en France ! En Juillet dernier, un foetus de 5 mois a été opéré dans le ventre de sa mère par les professeurs Jean-Marie Jouannic de l’hôpital Armand Trousseau et Michel Zerah de l’hôpital Necker-Enfants malades, de Paris.

La mère a accouchée par césarienne, le 9 Novembre dernier. Le bébé et la mère vont bien. Ce bébé a été opéré à cause d’une « Spina Bifida ». C’est une malformation congénitale du système nerveux centrale : c’est la plus fréquente des malformations du système nerveux : elle concerne une grossesse sur 1000 et dans 90 % des cas, elle est détectée pendant l’échographie, avant la naissance. C’est un défaut de fermeture de plusieurs vertèbres de la colonne vertébrale, au bas du dos, ce qui laisse la moelle épinière et ses racines nerveuses sans protection. La plupart des parents préfèrent interrompre la grossesse car c’est un lourd handicap, pour l’enfant. Les chirurgiens ont recouvert la moelle épinière par un suture et ont suturé toute la peau du bébé. Une dizaine de jours, après l’opération, les résultats sont visibles. Cette opération empêche la fuite du liquide céphalo-rachidien, qui protège le cerveau.

Ce type d’opération existe depuis plusieurs années au Brésil et aux États-Unis.

En France, cette intervention peut  Bébéêtre, maintenant, proposé aux couples qui veulent garder leur enfant.

Mathilde

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/

Nov 20

Nabilla Benattia: victime ou suspecte?

 

Nabilla   

Décidément, Nabilla fait souvent parler d’elle. Mais cette fois-ci, c’est bien moins amusant que le fameux « Allô… ».

Nabilla Leona Grange-Benattia dite Nabilla Benattia aurait poignardé son compagnon Thomas Vergara, 28 ans, dans une chambre d’hôtel dans la nuit du 6 au 7 novembre. Les gendarmes ont retrouvé le couteau quelque mètres plus loin après l’hôtel. Ca faisait 2 ans qu’ils étaient ensemble. Thomas a témoigné dix jours après son coup de couteau au thorax dans Sept à Huit sur TF1. Il a expliqué qu’il ne voulait pas porter plainte  par preuve d’amour et de sincérité. Thomas Vergara  a accepté de parler à Nabilla Benattia. Il va la voir. Nabilla Benattia est donc incarcérée à la prison pour femmes à Versailles. Certaines personnes accusent Thomas Vergara d’avoir levée la main sur Nabilla Benattia. Il dit « Non ! ». Il a démenti.

Emeline

Sources : Wikipédia et le Figaro.

              

Articles plus anciens «