Commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918

Samedi 11 novembre 2017, de nombreux enfants accompagnés par leurs parents et enseignants ont participé à la cérémonie de commémoration du 99ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918.

Pour l’école Jean Jaurès : lecture d’un poème, d’une lettre de poilu par des élèves de CM2 puis chant de la Marseillaise accompagné par l’harmonie de Haute-Corrèze.

 

     

Un défi à relever dans le cadre de Sciences en fête…..

Les classes de CM2 de l’école ont participé  à l’action « Sciences en fête » qui s’est déroulé à la salle polyvalente jeudi 12 octobre. Le défi cette année pour les classes de CM2 était d’imaginer une machine capable de propulser une balle de tennis de table le plus loin possible…..

 

Les lanceurs de la fête des sciences
Jeudi 12 octobre, nous sommes allés à la fête de la science d’Ussel. Nous avons exposé nos machines. Ensuite, nous sommes allés visiter les stands proposés :
– Sur la méthanisation.
– Sur la vie des abeilles.
– Sur la vie des fourmis.
– Sur la fabrication du papier.
– Sur la vie d’un Ussellois qui vit en Antarctique pour observer les animaux.
– Sur les animaux aquatiques.
– Sur les maisons pour protéger les animaux des jardins.
– Sur une imprimante 3D et un casque virtuel.
– …
A 10h30, nous avons participé au défi technologique. En classe, avec monsieur Bodin, nous avons fabriqué des machines qui peuvent propulser une balle de ping-pong. La machine sélectionnée dans la classe : « la souris verte » a gagné le premier prix de « l’esthétique ».
Nous remercions monsieur Bodin, notre professeur de technologie, tous les participants et les organisateurs de cette fête joyeuse et formidable.
La classe de CM2 de Mme Pieraerts

 

 

Prévention routière pour les classes de CM2

 

Les CM2  de Mr Larbre

               

Prévention routière à Jean Jaurès

Le 03 octobre, le maitre avait séparé la classe en deux groupes en rajoutant Benoit et Junior de la classe de M. Houbigan (ULIS) car ceux-ci font le sport avec nous. Il y avait donc un groupe de 12 élèves et un de 13.
C’est une activité que doivent faire tous les CM2, elle permet d’avoir un diplôme. Elle est encadrée par un policier et un bénévole de la Prévention Routière.
Pendant qu’un groupe faisait du vélo dans la piste routière de l’école, l’autre répondait à des questions sur le code de la route et plus particulièrement sur la sécurité.
Le policier était là pour nous préparer à un parcours en vélo comportant des exercices. Dans un premier temps, nous avons reconnu le circuit à pied pour prendre nos repères. Il n’y avait que cinq vélos donc nous avons été appelés par ordre alphabétique. Chacun notre tour nous devions nous occuper d’ateliers (freinage brusque, atelier d’équilibre, d’agilité…). Sur le parcours, il y avait un rond-point, un passage piéton, un stop, un slalom et un cédez-le-passage. Quand le policier nous appelait, nous devions nous entrainer avec un vélo pendant 6 ou 7 tours. Ensuite, nous étions notés sur 2 tours. Il nous a mis une note sur 20, mais il ne nous a rien dit sur le coup.
Le policier nous a raccompagnés jusqu’au maitre pour aller dans la salle cinéma et pour récupérer l’autre groupe. Là, un bénévole de la Prévention Routière nous a projeté des images et posé des questions sur la sécurité en vélo (tendre la main pour tourner, respecter les distances de sécurité…). C’était noté sur 20 aussi.
A la fin, les deux groupes se sont rejoints. Les deux hommes nous ont passé un petit film d’animation sur la sécurité “Tom et Lila” pour avoir le temps d’additionner nos deux notes et faire un classement.
C’est Emilien qui a gagné avec un total de 39 points, il a des chances d’être qualifié pour une finale départementale au printemps. Tout le monde a eu un diplôme. Si le maitre trouve 5 parents volontaires pour nous accompagner, nous ferons une sortie vélo au printemps, maintenant que nous connaissons les règles de sécurité…
Texte rédigé par les élèves de CM2 de M. Larbre                           

 

Calendrier des vacances scolaires 2017-2018

Toussaint : du samedi 21 octobre au lundi 6 novembre

Noël : du samedi 23 décembre au lundi 8 janvier

Février : du samedi 10 février au lundi 26 février

Avril : du samedi 7 avril au lundi 23 avril

Eté : du samedi 7 juillet au lundi 3 septembre

Jours fériés : lundi 2 avril  -mardi 8 mai – jeudi 10 mai (attention il y a classe le 7, le 9 et le 11 mai) – lundi 21 mai

Journées citoyennes

Les classes de CE1 de Mme Marche et de CM2 de Mr Bodin représentaient l’école Jean Jaurès à l’occasion de la journée de la paix jeudi 21 septembre. L’occasion pour les enfants de présenter un chant qui invite au respect des différences, à la paix entre les Hommes.

Légende des photos écrite par les élèves de CE1.

                               

Le jeudi 21 septembre, on est allé au square           Monsieur le maire a prononcé un discours,                  On a chanté « On est tous pareils ».

de la Paix, près de la médiathèque, pour                 près de l’arbre de la Paix, un Ginkgo Biloba.

célébrer la journée de la Paix.

.                                

Puis, on nous a distribué des ballons multi-             Le beau ciel bleu est rempli de ballons multicolores.   Enfin, on nous a servi un goûter puis nous sommes

-colores pour les lâcher dans le ciel.                                                                                                                             rentrés à l’école.

 

  Classe de Mr Bodin

Elections du Conseil municipal des jeunes (CMJ)

Cette année va être organisée l’élection d’un nouveau conseil municipal des jeunes. Celui-ci sera composé de 29 élus, le nombre d’élus par école de la ville a été défini proportionnellement au nombre d’élèves de chacune des écoles. L’élection est ouverte aux élèves de CE2 et CM1. La durée du mandat sera de 2 ans.

Ce projet s’inscrit à l’école dans le domaine de la formation de la personne et du citoyen. Cette élection (qui se déroulera exactement comme l’élection des adultes)puis la communication  de leurs activités que les élus feront régulièrement à leurs camarades en classe pourront servir de support aux séances des enseignants.

mardi 19 septembre, une information a été communiquée aux enfants par les élus et Mme Giraud (cf. Photos)

)

Mardi 10 octobre : élection des conseillers municipaux encadrée par les enseignants et des élus au conseil municipal de la ville.

        

On prend un exemplaire de chaque bulletin.                                                      Dans l’isoloir on choisit un candidat.

  

Mme l’Inspectrice de l’Education nationale et Mr le maire de la ville d’Ussel observent le déroulement du scrutin.  

On présente sa carte d’électeur et on signe sur la liste d’émargement – On dépose son enveloppe dans l’urne.

       

Dépouillement…..                                            Nos 14 élus fiers et unis.                         Conférence de presse avec le journaliste de « La Montagne ».

Samedi 14 octobre : Election du maire et activités sportives au centre de Bugeat pour les 29 élus du conseil municipal des enfants.

Est élue maire du CMJ Elina Bouet-Guitard, élève en classe de CM1 à l’école Jean Jaurès.

L’école Jean Jaurès a fété ses 80 ans !

                                                                

Malgré ses 80 ans, la vieille dame se dresse toujours fièrement sur « le Champ rouge ». Elle ne semble pas avoir vieilli surtout lorsque cris et jeux des enfants l’animent. Elle a même sûrement embelli. L’équipe enseignante a fait le choix en début d’année scolaire 2016-2017 de construire un projet commun dont l’objectif était de permettre aux élèves de parcourir 80 ans de l’histoire de leur école.

L’aboutissement de ce projet a été la rédaction d’un journal communiqué à chaque famille et l’exposition de travaux écrits et œuvres plastiques présentés lors de la fête anniversaire de l’école le 23 juin 2017. A cette occasion aussi, le nom de l’école a à nouveau été inscrit sur son fronton sur décision de la municipalité. Les membres de l’association sportive et culturelle de l’école, les enfants, les enseignants ont alors ouvert les portes de l’école à toutes les familles et amis qui sont venus nombreux. En l’honneur de leur école, tous les enfants ont chanté sur l’air de « Y’a d’la joie de Charles Treinet ».

Adaptation sur « Y a d’la joie » de Charles Trénet (1937)
`
Y a d’la joie aujourd’hui, c’est pour toi qu’on chante
Y a d’la joie, 80 ans tu n’les fais pas…
Y a d’la joie ma grande école si gazouillante
Y a d’la joie partout y a d’la joie
Tous les jours, la cour fourmille, la cour frétille
Les escaliers, craquent sous nos pas motivés,
Les couloirs, récoltent chaque jour nos secrets
Y a d’la joie partout y a d’la joie

La cloche a sonné je dois me dépêcher
Mes yeux sont gonflés…pas très bien réveillé,
Je vois mes copains, deux par deux, dans le rang
Comme sur les images de l’école de l’ancien temps
Cartables sur le dos et langues bien pendues
La journée commence tout le monde est bienvenu
J’attrape des sourires, un clin d’œil, un bonjour
Silence maintenant, finis les discours…

Y a d’la joie aujourd’hui, c’est pour toi qu’on chante
Y a d’la joie, 80 ans tu n’les fais pas…
Y a d’la joie ma grande école si gazouillante
Y a d’la joie partout y a d’la joie
Tous les jours, la cour fourmille, la cour frétille
Les escaliers, craquent sous nos pas motivés,
Les couloirs, récoltent chaque jour nos secrets
Ya d’la joie partout y a d’la joie

Mais soudain voilà qu’c’est déjà la récré
J’ai tant travaillé que j’n’ai rien vu arriver
Goûters, billes, basket y en a pour tous les goûts
Et les footballeurs courent partout comme des fous
J’raconte mes histoires, loin du bruit des ballons
Avec mes copains on a même fait des chansons
Chansons de printemps, chansonnettes d’un jour
Chanson des enfants, chanson de toujours.

Y a d’la joie aujourd’hui, c’est pour toi qu’on chante
Y a d’la joie, 80 ans tu n’les fais pas…
Y a d’la joie ma grande école si gazouillante
Y a d’la joie partout y a d’la joie
Tous les jours, la cour fourmille, la cour frétille
Les escaliers, craquent sous nos pas motivés,
Les couloirs, récoltent chaque jour nos secrets
Ya d’la joie partout y a d’la joie

QUELQUES EXEMPLES DE TRAVAUX D’ELEVES

Ci-dessous récit écrit par Emma Laplaud, élève de CM2 dans la classe de Mme Chavanel
Texte récompensé dans le cadre du concours AMOPA (Association des membres de l’ordre des palmes académiques) pour la promotion de la langue française. Chaque élève de la classe a écrit un récit de même type que celui-ci après avoir vécu une matinée de classe comme dans les années 30 au musée de l’école rurale à Messeix.

Je suis élève à l’école Jean Jaurès en 1938
Bonjour, je m’appelle Jeanne, j’ai onze ans. Je vis avec mon frère et ma mère. Mon père, lui, travaille à la mine à Meseix. Comme il travaille loin, il dort là-bas.
Ma mère travaille à l’usine Bobine Gallia située au début de l’avenue de la gare à Ussel. Elle fabrique des bobines en bois de bouleau ou de hêtre pour l’enroulement du fil à coudre.
Mon frère est en CE2 et moi en CM2.
Chaque matin, vingt minutes avant les cours, une fille et un garçon ont une corvée à faire chacun. La fille doit aller chercher de l’eau dans le puits. Elle remplit une cruche et un broc en zinc. La cruche, elle, contient de l’eau à boire. Le broc, lui, sert à faire le ménage. Cette semaine, la fillette qui fait le ménage s’appelle Marianne. Marianne prend un arrosoir en zinc qu’elle bouche au niveau de la fente pour ensuite le remplir d’eau. Elle circule dans les allées en faisant un huit alors que le garçon, lui, nettoie le poêle.
A huit heures trente, la cloche sonne. Tout le monde rentre en classe. La maitresse inspecte les mains, les oreilles, le cou et tous les lundis, les pieds pour voir si la grande toilette a été faite. Chaque dimanche, la grande toilette doit être faite à cause de la tuberculose. C’est une maladie respiratoire qui touche les poumons. En entrant dans la classe, nous faisons la leçon de morale. Aujourd’hui, la maitresse a écrit au tableau : « Qui vole un œuf, vole un bœuf ». On l’explique puis on la recopie sur le cahier du jour. Il faut faire attention à ne pas faire de tache, sinon, on reçoit un coup de badine et ça fait mal ! La matinée continue jusqu’à la récréation avec une leçon de mathématiques. Dans la cour, je joue à la marelle avec Marie. En rentrant, nous faisons une leçon de choses. Nous observons des ossements d’animaux pour comprendre comment fonctionnent les articulations. Cela m’intéresse beaucoup. J’ai bien appris ma leçon et je reçois un bon point. Maintenant, je révise mes tables de multiplication et je pose des opérations très compliquées.
Je mange ma soupe à base de légumes dans le sous-sol de l’école.
Cet après-midi, je fais des révisions, des exercices de mathématiques et de français. Ensuite, c’est une évaluation de géographie, la carte muette devant nous. C’est très dur et j’ai peur de recevoir une punition de la part de ma mère et de la maitresse. Ensuite, je fais sport : de la course longue. C’est épuisant.
Il est quatre heures trente, la cloche sonne. Il est l’heure de rentrer à la maison. Je fais la corvée du ménage avant de faire mes devoirs. Je dois apprendre une leçon d’orthographe sur l’accord du participe passé et faire deux exercices d’entrainement sur mon cahier de brouillon. Ensuite, je résous deux problèmes.
Maman m’appelle pour aller souper. Nous écoutons un peu la radio puis je vais me coucher afin de ne pas être fatiguée à l’école demain matin.

 

Poésies écrites par les élèves de CM2 de Mrs Bodin et Houbigand

L’école a quatre-vingts ans

L’école a quatre-vingts ans, et on est content,
On s’apprête à s’amuser
comme des fous à la rentrée!
Tu es très belle et très jolie,
c’est pour ça que nous venons tous ici!
Tu nous as apporté plein de souvenirs,
et nous devons bientôt partir!
Toutes ces années passées avec toi,
nous ont apporté plein de joie!
Bon anniversaire
Clara, Tristan, Baptiste

Les quatre-vingts ans de l’école

Cette année, quatre-vingts ans tu auras,
Nous sommes si fiers d’être sous ton toit!

Tu es forte, si solide et si grande,
Maîtres et maîtresses ont su te comprendre!

Tu nous as appris tant de choses,
Alors bon anniversaire,
C’est la moindre des choses!

Alicia, Yaëlle, Clémence

Mon école à moi,
quatre-vingts ans déjà,
Toujours avec moi!
Ton école à toi,
un an je crois,
Si belle déjà!
Votre école à vous,
aux parfums si doux,
Qui vous suivent partout!
Notre école à tous,
stylos cahiers trousses,
Pour toujours si douce!

Faïde, Lukas, Candice, Camélia

Pour tes quatre-vingts ans,

Merci mon école,
Grâce à toi, les enfants sont heureux.
Merci mon école,
Grâce à toi, j’ai pu grandir.
Merci mon école,
Grâce à toi, je me suis sentie protégée.

Pardon pour mes colères,
Pardon pour mes tristesses.
Alors c’est de tout mon cœur que je te souhaite
Un joyeux anniversaire.

Léna, Lou

Combien de cris, combien de silences?
Combien de leçons, combien d’impatiences?
Combien de maîtres, combien de maîtresses?
Combien de joies, combien de tristesses?
Combien d’écoutes, pour lever les doutes?
Combien de chaleur, pour réchauffer les cœurs?
Tant et tant qui font le bonheur!

David, Enzo

Beaucoup de monde,

Beaucoup de vie, beaucoup de joie
Moins d’insultes, moins de bagarres
Plus de fraternité, plus de savoirs

Pour que nous soyons un exemple,
Pour ton anniversaire, Ecole Jean Jaurès.

Thibault, Zacharie, Noa, Maé, Samuel
Notre école

Notre école présente tout au long des années,
Depuis notre naissance tu nous as appris
Tout ce que tu connaissais.
Notre école tu nous as vu grandir
Nous apprenant patiemment
Le sens de la vie passionnément.
Cette année tu as quatre-vingts ans
Nous voulions te dire
Joyeux anniversaire Ecole Jean Jaurès!

Cérine, Maëva. Passé, présent, futur,

Parfums d’autrefois
Etes toujours là.
Parfums du présent
Dans nos cœurs fermement.
Parfums de demain,
C’est certain.
Saveurs du savoir,
Saveurs de l’espoir.
Longue vie à toi,
Belle école que voilà!
Lucie, Alexandre

 

Interview de Madame Picard. Elle a été agent d’entretien et concierge avec son mari. Elle fêtera ses 80 ans au mois de juin.

Pendant quelles années avez-vous travaillé dans notre école ?
On a commencé en 1961 et moi j’ai arrêté en 1997. Ça fait 36 ans ! Mais on n’a habité l’école que pendant 31 ans parce que mon mari est parti à la retraite, donc on a déménagé et il est venu un autre concierge à notre place. Moi, j’ai continué à travailler mais uniquement pour l’entretien, pour le nettoyage des classes, de 15H30 à 17H30.
Où était votre logement dans l’école ?
La conciergerie était sur le boulevard Goudounèche et ça correspondait avec la cour derrière (préau garçons).
Y avait-il d’autres personnes qui habitaient dans l’école ?
Oui, la directrice, Mme Meunier, qui habitait au premier, côté cycle 2 (au-dessus de la classe ULIS), et le directeur Mr Arsac, qui habitait dans l’autre aile (salle de sciences et d’arts visuels, côté cycle 3).
Sur la fonction de concierge :
En quoi consistait votre travail ?
Le mien c’était surtout de l’entretien. Je faisais du balayage, et quand il arrivait un petit incident comme il en arrive encore sans doute, et bien j’étais là…Quelque chose qui se renversait, qui se cassait un enfant qui vomissait, qui…avait des petits soucis.
Est-ce que vous aviez un chariot ?
Non…On avait une espèce de caisse en bois et un balai. On ramassait les balayures et on les mettait dedans.
A quoi servait le concierge ?
On était des gardiens de l’école. Parce qu’à l’époque, il y avait des pensionnaires à l’école, avec le CEG (Collège d’enseignement général en plus des classes primaires), que des filles. Et donc il y avait beaucoup de jeunes filles qui dormaient à l’école. Mon mari s’occupait de beaucoup de choses. Il changeait un carreau cassé. Il changeait une ampoule. Ah…c’est sûr qu’il a changé pas mal de carreaux et de serrures… Il surveillait l’école et s’occupait de l’entretien de l’école. Il accueillait les gens, les parents des pensionnaires qui venaient porter des paquets pour qu’on les transmette à leurs filles, ou alors quand il y avait des malades…le docteur venait sonner à la maison et on le faisait monter. Et aussi pour des renseignements. Les gens venaient directement à la conciergerie.
Sur la vie des élèves
A quelle heure les élèves arrivaient-ils et repartaient-ils ?
Ils arrivaient à 8h30 et repartaient à 16H30. Mais parfois, il y avait de l’étude. Surtout pour les classes de Certificat. Ils les gardaient un peu plus…
Arrivaient-ils en car ?
Au début, non ! Si les parents avaient une voiture, ils arrivaient en voiture mais souvent à pieds.
L’école était-elle mixte ?
Non, on ne mélangeait pas les garçons et les filles. Un côté garçon ! Un côté fille ! Dans les primaires, ce n’était pas mélangé. (L’école a été mixte à partir de 1969)
Comment étaient-ils habillés ?
Ils avaient beaucoup le tablier à l’époque. Quand arrivait le 1er Octobre, parce qu’on rentrait le 1er octobre, ils avaient tous un beau tablier tout neuf ! Après, à la fin de l’année, il était souvent moins beau…
Portaient-ils des sabots ?
Oh…non peut être pas quand même…je ne pense pas.
Quels étaient les jours sans école ?
Le jeudi et le dimanche. Ils travaillaient tout le mercredi. Après, il n’y a pas eu classe le samedi après-midi non plus. Le jeudi, il y avait un patronage. Trois ou quatre instituteurs bénévoles emmenaient un groupe faire du sport au stade ou ils allaient faire de la marche. Et ils avaient un petit goûter à 16H30.
Pendant les vacances, on vidait toutes les classes car il y avait une colonie du Maine et Loire qui venait pour l’été.
Comment les élèves écrivaient-ils ?
Avec le porte – plume. Et moi, je nettoyais les encriers chaque soir. C’était de l’encre violette. Les tables étaient en bois et ah là là…c’était difficile à nettoyer ces tables ! (rires) Petit à petit on a changé le mobilier. Les tables sont devenues plates et il y a eu des parties en métal, plus faciles à entretenir.
Les élèves faisaient-ils du sport ?
Un petit peu…mais pas beaucoup, moins que maintenant sans doute. Il y avait une salle de sport qui donnait sous le préau (côté fille) avec des agrès, des cordes, des anneaux…
Qu’est-ce qu’il y avait comme punitions ?
Ben …Les enseignants les gardaient le soir. Etant donné qu’il n’y avait pas de car, c’était facile. Ils restaient faire des lignes pendant la récréation ou le soir, une demi-heure ou une heure après la sortie…ça s’est arrêté quand il y a eu les cars…
Avez-vous connu les bonnets d’âne dans cette école ?
Non jamais…
Avez-vous été témoin de punitions ? Des coups de règle ?
OUI ! Quelques fois. Il y avait Mr……………., qui était dans la classe au-dessus, qui avait un grand bâton et qui tapait. Et on disait : « Ouh là ! Il prend la gaillarde ! » Il était connu pour ça…sa gaillarde ! (rires)
Trouviez-vous que les maîtres étaient sévères ?
Ils l’étaient bien un petit peu parce qu’il y avait des élèves qui étaient durs…
A quels jeux les enfants jouaient-ils dans la cour ? Les ballons existaient-ils ? Les enfants jouaient-ils au foot ? Y avait-il un terrain de foot ? Y avait-il des cerceaux ?
Aux billes, au ballon…ils cassaient les carreaux parfois ! Mais sans terrain de foot. Parfois ils avaient l’autorisation d’aller sur l’esplanade avec un instituteur et là ils jouaient au foot mais sinon, c’était dans la cour. Aux osselets aussi, et les filles jouaient à la corde et à la balle, aux cerceaux oui…
Sur le bâtiment
Combien de classes et quels niveaux y avait-il dans l’école ?
Dans le primaire, il y avait une quinzaine de classes. Et pour le CEG à peu près pareil. Donc ça faisait une trentaine de classes. Mais à la place du gymnase et à côté de l’actuelle piste routière il y avait beaucoup de préfabriqués. Et là il y avait une dizaine de classes. Il fallait y allumer les poêles le matin… Dans le bâtiment c’était des radiateurs avec un chauffage au fioul comme maintenant. Mais au début c’était un chauffage au charbon. Et ça, c’était un gros gros travail pour mon mari. Le charbon et les chaudières étaient au sous-sol et le charbon était livré en deux fois. Ils déchargeaient devant la porte et mon mari expédiait le charbon avec la pelle par la fenêtre du sous-sol…Et plusieurs fois par jour il fallait charger la chaudière. Les jours où il faisait bien froid, il passait 6 à 700 kilos de charbon, ça a été un soulagement quand il y a eu le chauffage au fioul.
Comment était la cantine ?
Il y avait deux cantines en bas. Celle du CEG et celle de la primaire. La cuisine était faite sur place par Mme Simon. Elle avait des aides pour servir. Mr Meunier était directeur à La Gare et économe ; comme sa femme était directrice ici, il s’occupait de l’économat. Il commandait les provisions.
Où étaient les dortoirs? A quoi ressemblaient les lits et le dortoir ?
Tout le premier étage (côté cycle 2) était occupé par les dortoirs. Sous les toits (grenier), c’était les vestiaires. Donc les filles montaient se déshabiller sous les toits. Leurs valises étaient en haut. Et ce n’était pas chauffé…et elles descendaient en robes de chambre dans les dortoirs au premier. Il y avait 6 dortoirs, les 5 du couloir et le sixième dans l’aile (salle d’arts visuels cycle 2). Il n’y avait pas d’eau chaude. A côté de la cantine, il y avait des douches que mon mari chauffait une fois par semaine pour que les pensionnaires se lavent à l’eau chaude, sinon, c’était des lavabos à l’eau froide. Elles étaient une quinzaine par dortoir et les lits étaient en fer. Ils étaient alignés.
Des souvenirs, des anecdotes :
Avez-vous un souvenir particulier à nous raconter sur notre école ?
Parfois les filles de l’internat descendaient avec un broc. Toc toc toc ! « Vous ne pourriez pas nous donner un peu d’eau chaude pour qu’on se lave la tête ? » C’était très familial…(rires)
Lorsqu’il y avait des malades, il n’y avait pas d’infirmière et c’était mon mari qui faisait les piqûres ! Mme Meunier l’appelait « Jean fait tout » ! C’était son surnom. Il ne s’appelait pas Jean pourtant…II y en avait une qui avait des rhumatismes articulaires…donc il lui fallait des piqûres souvent. Mme Meunier descendait avec sa petite casserole et de l’alcool. Elle avait fait bouillir la seringue. Et tous les deux ils partaient dans le dortoir. Mme Meunier passait l’alcool et puis elle tournait la tête parce qu’elle ne voulait pas voir ! (rires)
Le samedi soir, lorsque les pensionnaires ne partaient pas, après le repas, Mr et Mme Meunier mettaient un peu de musique et dansaient dans la galerie en bas. Et nous, on était jeunes, alors on allait danser aussi. Et Mme Meunier nous apprenait à faire le Charleston ! (rires) C’est pour vous dire qu’on était vraiment très très liés avec les directeurs, les surveillantes et avec les pensionnaires !
Et puis on vendait des bonbons aussi à l’époque ! Pour les pensionnaires. Certaines avaient un peu d’argent de poche et alors elles venaient parce que Mme Meunier disait : « Ca évite un commerce entre les élèves et des histoires »…Elles venaient surtout après le repas de midi quand elles remontaient du réfectoire. On avait des carambars, des malabars, des rouleaux de réglisse, des cocos, des rochers au chocolat, et des nounours en guimauve.

 

 

 

Les zinzins de la lecture

Dans le cadre du festival des zinzins de lecture, nous travaillons sur Aimé un livre de Claire Clément illustré par Benjamin Strickler. C’est l’histoire d’un  petit garçon prénommé Aimé.  À chaque anniversaire, la maman d’Aimé lui rappelle  : « Aimé, tu es l’enfant de l’amour, du plus grand amour de toute ma vie. » Mais, à l’école, Prudence et Olive ne cessent de le harceler : « Aimé-mé-mé, si tu crois qu’on va t’aimer. » Un gros nuage assombrit la vie d’Aimé. Jusqu’au jour où la maîtresse propose aux élèves de raconter l’histoire de leur prénom.

              Les enfants de CE1 ont rédigé des textes en réponse aux questions ci-dessous. En voici quelques exemples.

Et toi ? As-tu déjà eu un petit nuage sombre au dessus de la tête, à l’école ou à la maison ? Si oui écris pourquoi.

Texte 1

Chez papa, je me suis fâché parce que ma sœur m’embêtait. Elle venait dans ma chambre toutes les cinq minutes. Moi, je lui disais d’arrêter mais elle continuait. J’étais très en colère, je lui ai serré le bras. Elle a pleuré, papa m’a puni et moi, j’ai trouvé cela injuste !

Texte 2

J’étais énervé le jour où je suis allé dans le bureau de Mme Coudert avec un autre camarade. Il m’avait frappé au visage, alors je me suis vengé et c’est parti en bagarre. La directrice a mis une croix à mon copain et elle nous a expliqué qu’il ne fallait pas se battre dans la cour. Je suis sorti du bureau, j’étais tout rouge !

Texte 3

Avant-hier, à la maison, je me suis énervée parce que mes parents ne voulaient pas me donner la tablette. J’étais en colère, je n’arrêtais pas de hurler !

De chapitre en chapitre le nuage d’Aimé grossit. Réfléchis. Que ferais-tu à sa place pour que les choses changent ?

Texte 1

Si j’étais à la place d’Aimé je ferais semblant d’être malade pour ne pas aller à l’école.

Texte 2

Si j’étais à la place d’Aimé, j’ignorerais les gens qui m’embêtent.

Texte 3

Si j’étais à la place d’Aimé je dirais la vérité à la maîtresse pour ne pas aller chez le directeur une deuxième fois.

Texte 4

Si j’étais à la place d’Aimé je raconterais tout comme ça je serais débarrassée de tous les problèmes.

 

Projet artistique et culturel des CE1

Projet Education Artistique et Culturelle : « Drôles d’impressions »

Cette année, tous les CE1 de l’école participent à un projet en Arts Plastiques, avec l’intervention d’un artiste plasticien limougeaud Stéphane Lhomme.

Avant de débuter le travail de productions plastiques, Stéphane Lhomme nous a prêté certaines de ses œuvres, dans lesquelles il utilise les pellicules photo ou de film pour faire des impressions. Chaque semaine, nous découvrons et accrochons une nouvelle œuvre.

Présentation – Contacts – Horaires

Adresse : Ecole Jean Jaurès – Boulevard Goudounèche – 19200 Ussel

Directrice : Mme Coudert

Téléphone : 05 55 72 11 45

Mail : ecole.ussel-jaures@ac-limoges.fr

Psychologue scolaire : Mme Barberin               Téléphone : 07 67 07 71 60

HORAIRES DE CLASSE

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi
Matin 8h30-11h45 8h30-11h45 8h30-11h30 8h30-11h45 8h30-11h45
 
Ap. midi 13h30-15h30 13h30-15h30 13h30-15h30 13h30-15h30

APC   :   15h30—16h30

Lundi mardi Jeudi
Cycle 2 X X
Cycle 3 X X

HORAIRES GARDERIE  

Téléphone : 05 55 46 04 33

Matin 7h30 – 8h20
Ap.midi 16h30 – 18h30 dont possibilité aide aux devoirs de 16h30 à 17h30

Activités périscolaires organisées par la municipalité d’Ussel et encadrées par un personnel municipal

15h30 – 16h30

Téléphone : 05 55 46 04 32

Restaurant scolaire :

2 services : 11h50 – 12h30      12h35 – 13h15