Être journaliste aujourd’hui

Nous avons assisté à la conférence de presse donnée par :

Céline Chastenet, directrice d’antenne de RGB (radio associative locale)
Karène Bellina, journaliste à l’Echo (presse écrite)
Marie-France Tharaud, journaliste à France 3 Limousin (TV)
Philippe Graziani, journaliste à France Bleu Limousin (radio)

Nous avons aussi pu interviewer M.Graziani de France Bleu limousin

Voilà ce que nous avons appris :

La journée d’un journaliste

Le matin, les journalistes commencent en général leur journée à 9h. Leur premier geste est de se rendre sur leur boîte mail pour trier et sélectionner les informations qu’ils reçoivent de leurs collègues. Mais ils peuvent être appelés à n’importe quel moment pour couvrir un événement : des faits divers comme des accidents, incendies, attentats…
C’est l’actualité qui définit leurs horaires, ils ont peu de temps pour leur vie privée : ce métier est une passion.


L’exemple de France Bleu Limousin

Sur la station France Bleu Limousin, le matin c’est une femme qui anime le journal et le dernier journal de la journée a lieu à 18h. Pas le droit de partir avant !
pour préparer ces journaux, ils participent à des réunions de rédaction pour écrire des articles sur les faits divers ou sur des gros événements. Tous les journalistes de la même radio ou d’une même émission doivent assister à la réunion en groupe. C’est un travail d’équipe.

Les qualités d’un journaliste

Pour devenir journaliste, il faut faire une école de journalisme. Il faut donc d’abord avoir le bac. Sauf dans le cas des radios associatives qui peuvent embaucher sans ce diplôme. Il faut obligatoirement parler anglais Etre journaliste, c’est un métier compliqué !

Pour écrire un article il faut :
– Lire
– S’entraîner à parler et à écrire des articles chaque jour.
– Avoir de l’inspiration et de l’imagination, voire du courage. Le métier de journaliste est surtout dangereux quand on part sur un terrain où il y a des guerres. Etre reporter de guerre, c’est plus dangereux que de travailler à la radio. Mais les journalistes savent ce qu’ils font et sont en général à couvert des tirs.
Même s’ il y a des morts, ils ne se découragent pas.

Aujourd’hui

Eric Chaverou, sur France Culture, précise que ces derniers temps, le métier de journaliste est de plus en plus dur : 70% des journalistes prennent leur retraite à 40 ans et les 30% restants la prennent vers 60 ans, c’est un métier qui se précarise car les journaux vivent la concurrence des réseaux sociaux. De plus en plus de personnes se revendiquent d’ailleurs journalistes sans en avoir la carte.

Par contre, c’est un métier dans lequel la parité hommes/femmes est de plus en plus respectée !

Sources : France Culture

Romain, Marion, Romain, Thomas

Au cœur de la journée e-reporter

Le principe : cette journée permet de rédiger des articles sur les actualités locales, régionales, départementales et internationales.

Ce sont des élèves de plusieurs établissements scolaires qui écrivent ces articles.
Du CP à la TERMINALE, tout le monde fait de son mieux pour écrire de beaux articles qui seront présentés l’après-midi aux alentours de 16 heures !

Ceux des 5eA et B seront publiés sur leur blog  » Victor Hugo web log  »

photo : Louann Boissarie

 

Photo : Lisa Di Stefano

Les reporters du jour travaillent sur deux thèmes imposés et découverts le jour-même :
– environnement.
– être journaliste aujourd’hui

Puis il y a des thèmes sur l’actualité choisis par les élèves.

Par exemple ce groupe a choisi le thème « élections présidentielles 2017   » (cliquez sur le lien suivant pour accéder à la vidéo) :

IMG_0241

Chaque groupe rédige un article sur un sujet proposé par les enseignants. Pour rédiger au mieux leur article les élèves assistent à des conférences de presse données par des intervenants présents au Conseil départemental.
Un groupe travaille activement sur la Bande Dessinée  » Un espoir en jaune  » et ils ont la chance de rencontrer et d’interviewer l’auteur, Laurent David !

D’autres groupes se rendent à des conférences. L’une d’elle a  lieu dans la salle  » Charles Ceyrac « , elle traite le thème  » être journaliste aujourd’hui « .

On a interviewé un groupe d’élèves qui a assisté à la conférence donnée par des journalistes. Ils ont maintenant rassemblé toutes les informations nécessaires pour rédiger leur article…..

Louann Boissarie

Ce groupe a la chance de poser des questions à Lilith Pittman, vice présidente du Conseil départemental.

 

Louann & Lisa

 

Premier salon du chocolat à Tulle

 

Photo : Laurent Foix

Premier salon du chocolat et des saveurs étonnantes à Tulle

Le premier salon du chocolat a eu lieu à la salle de l’Auzelou, à l’initiative du Lions Club Doyen, le samedi 18 mars 2017. Il a ouvert ses portes au public de 10h à 19 h, et le dimanche 19 mars 2017 de 10h à 18 h.

Gourmandise et esthétique

Photo : Laurent Foix

Des dégustations et animations culinaires ont été proposées par plusieurs artisans : les somptueuses décorations en guimauve, nougat chocolaté ainsi que les nombreuses variétés de cet  » or noir » ont éveillé la gourmandise des 3500 visiteurs du week-end.

Les apprentis du CFA des Treize Vents ont montré comment faire des croissants, dans le cadre du concours régional Chocorreze 2017. Ils ont également exposé des statues en sucre et chocolat sur le thème des fables de la fontaine, de toutes les tailles.

Champion du monde de l’Art du Sucre

Le chef pâtissier Yannick Maurie est expert en matière de confiseries. Il sculpte des œuvres en sucre et chocolat à la fois originales, fragiles et  esthétiques. Champion du monde en 2017 de l’art du sucre, il est venu présenter ses créations avec ses élèves du CFA de Tulle, en présence de Fabien Emery, champion d’Europe 2017 de sucre d’art. Yannick Maurie participera en janvier 2018 au concours international d’Art et de Sucre à Rimini en Italie.

Photo : Laurent Foix

Les gagnants des concours ont remporté de splendides trophées fabriqués par les CFA ( Pôle Formation ).

Laurent, Chloé, Lola, Sintyche

Laurent DAVID, en route pour la célébrité

Après avoir lu la bande dessinée Un espoir en jaune, nous avons interviewé en exclusivité son auteur au Conseil Départemental.

Laurent DAVID
Photo : S. DELORD

Matéo, Baptiste, Florian, Alexis et Bastien : Où êtes vous né ?
Laurent DAVID : Je suis né à Limoges.

M, B, F, A, B. : L’histoire de ce livre est-elle inspirée de votre vie ?
L.D. : Les premières pages sont en effet inspirées de ma vie, mais la suite n’est que le fruit de mon imagination.

M, B, F, A, B. : Avez-vous été coureur cycliste ?
L.D. : Oui, j’ai fait quelques compétitions, mais seulement au niveau régional.

M, B, F, A, B : Votre projet a-t-il déjà été refusé par des éditeurs ?
L.D. : Mon projet a déjà été refusé par une vingtaine d’éditeurs avant que je trouve un éditeur local de Limoges, Les Ardents éditeurs.

M, B, F, A, B : Comment faites-vous la promotion de votre livre ?
L.D. : Je fais surtout la promotion de ma bande dessinée par les journaux, par Facebook et par ma présence aux manifestations culturelles comme par exemple La Foire du livre de Brive ou prochainement Lire à Limoges.

M, B, F, A, B : Comment connaissez-vous tous ces paysages du Limousin que vous avez dessinés ?
L.D. : Je les ai découverts grâce au cyclisme.

M, B, F, A, B : Pourquoi avoir choisi ce nom pour le personnage principal ?
L.D. : Il n’y a pas de raisons particulières, j’ai choisi « DELPRAT » car c’est un nom courant dans le «coin».

M, B, F, A, B : Avez-vous un passage préféré dans l’histoire ?
L.D. : J’aime bien la fin, avec la surprise, mais aussi le passage dans les Pyrénées, c’est une région que j’aime bien et que j’apprécie de dessiner.

M, B, F, A, B : Avez-vous mis du temps à créer cette B.D. ?
L.D. : Oui, beaucoup, pour ce premier livre, j’ai mis 4 à 5 ans à le terminer et j’ai dessiné ma première planche lorsque j’étais surveillant au collège Victor-Hugo de Tulle. Une planche demande à peu près une semaine de travail : il faut la dessiner au brouillon, repasser les détails en noir. Ensuite je la scanne avant de la coloriser. Je ne connaissais pas cette dernière étape du travail, je l’ai découverte avec cette première BD.

M, B, F, A, B : Avez-vous eu une motivation particulière pour écrire ce livre ?
L.D : J’ai créé ce livre car j’ai pu allier plusieurs passions à la fois : le cyclisme et le dessin.

M, B, F, A, B : Y aura-t-il une suite ?
L.D. : Oui, je peux vous confirmer qu’il y aura une suite, d’ailleurs je suis en train de travailler dessus et j’aimerais bien qu’elle sorte lors du tour du Limousin. Des personnages prendront plus d’importance comme papi Ricou et Gaëlle. J’ai aussi d’autres projets comme écrire des BD sur d’autres sports ou histoires pour les enfants de 4 à 6 ans.

M, B, F, A, B : Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?
L.D. : La plus grande difficulté rencontrée est le droit l’image pour les journaux, personnages, et bâtiments. J’ai dû demander par exemple l’autorisation au journal L’Equipe, à l’ancien coureur Laurent Jalabert , et à la ville de Limoges pour le CHU de les faire figurer dans la bande dessinée.

M, B, F, A, B : Quand aura lieu votre prochaine manifestation culturelle ?
L.D. : Lors de ma prochaine manifestation culturelle, je serai invité au stand de BD à Limoges pendant 3 jours, à « Lire à Limoges » les 31 mars, 1er et 2 avril 2017.

Nous vous conseillons de lire cette BD surprenante et originale, qui parle du monde du cyclisme. Nous remercions Laurent DAVID de s’être déplacé pour notre interview.

Dédicace spéciale Photo : Sylvie DELORD

 

 

 

 

 

 

 

 

Bastien, Baptiste, Alexis, Matéo, Florian

Recyclage des déchets : évitons la catastrophe !

Un français produit 511 kilos de déchets par an comparé au Serbe qui

CC0 Public Domain Noel Bauza

n’en produit que 310 kilos. En 2012, 1 000 000 de tonnes de déchets sont produits dans le monde, soit au total 1,2 kilos par jour et par habitant dans le monde. Comparée à l’Allemagne 50 % des déchets sont recyclés, la France recycle nettement moins de déchets (environ 22 %).

Un continent de déchets

Dans le Nord-Est du Pacifique, entre la Californie et Hawaï, les déchets produits par les activités humaines sont déversés dans les océans sont acheminés par les courants marins vers un nouveau continent boulimique dont la taille atteint près de 3,5 millions de kilomètres cubes ! Historique et explication sur ce phénomène qui touche désormais tous les océans du globe. En 1997, le capitaine : « Moore » a été le premier a découvrir cette zone improbable de l’océan pacifique. Cette île est remplie de déchets de 3,5 millions de kilomètres cubes (6 fois la superficie de la France). Autour de cette île les déchets tombent en grande quantité dans l’océan et le polluent. C’est pourquoi il faudrait faire plus de recyclage et lutter contre cette pollution qui pourrait anéantir notre planète.

Le tri sélectif

Il pourrait être une solution pour inciter les gens au recyclage et éviter la pollution de la planète. Par exemple, si l’on recycle 3 boîtes de conserve on peut fabriquer une casserole. On pourrait recycler les anciens vêtements en les cousant, ou en échangeant nos affaires avec les autres. Au lieu d’acheter un short, on peut couper un pantalon qui est trop petit ou encore le donner à des magasins de récupération.

Si ! je peux !

Si tout le monde se met au recyclage cela éviterait l’émission de 2,1 millions de tonnes de CO2. Si tout le monde recycle il y aura moins de pollution. L’île aux déchets ne s’agrandira donc pas, au contraire elle diminuera.

Axel, Kiara, Aurélie et Luccia

Quel président de la république voulez-vous être ?

Dans cette vidéo nous allons expliquer ce qu’il faut faire pour être président de la république et ce qu’il en est des campagnes présidentielles.

 

Juliette, Faustine, Camille, Maxine et Agathe.

Le conseil départemental, comment ça marche ?

Madame Pittman, Léonie et Clarisse
Photo : S.Delord

Le Conseil départemental est une collectivité territoriale qui a son propre mode de fonctionnement. L’ensemble des conseillers départementaux forment l’assemblée départementale qui prend le nom de Conseil départemental. Il gère les affaires du département avec son président.

Lilith Pittman est vice présidente du conseil départementale en charge de l’éducation, du fonctionnement des collèges et du patrimoine.
Le département gère des collèges, est propriétaire des bâtiments et gère des agents.

En 2015 les conseillers départementaux ont visité tous les collèges du département afin d’établir une enquête destinée à tous les corréziens. Après avoir eu les résultats ils les ont envoyés par mail aux 25 collèges du département.

Fin printemps 2016, les conseillers départementaux ont contacté quatre partenaires informatique pour établir le choix du meilleur investissement avec les collèges, ils en ont profité pour faire une rénovation informatique.

A la rentrée 2017, les conseillers départementaux ont l’intention de mettre à niveaux tous les collèges en haut débit.
Une fois par semaine, ils participent à une commission permanente.

Le conseil départemental de Corrèze possède un site internet  www.correze.fr

Voici les Commissions du Conseil départemental :
Commission de la Cohésion Sociale
Commission de la Cohésion Territoriale
Commission des Affaires Générales.
Il y a 37 conseillers de l’Assemblée départementale.Le Président de cette assemblée s’appelle Pascal Coste.
Le conseil départemental fournit des renseignements sur ses actions grâce au magazine « Corrèze le magazine de votre département ».

 

Le conseil départemental
Photo Clarisse et Léonie

Magazine:CORRÈZE le magazine de votre département
Photo clarisse et Leonie

Clarisse & Léonie

 

Thomas Pesquet, un héros moderne

La mission Proxima

Thomas Pesquet a 39 ans. Élève en aéronautique à Toulouse, il passe sa dernière année de formation polytechnique au Canada en 2006, où il obtient sa licence de pilote de ligne. Thomas Pesquet est parti le 17 novembre 2016, sur la mission Proxima, dans la Station Spatiale Internationale (ISS), avec une astronaute américaine et un russe. Il est le dixième français à partir en mission dans l’espace. Il doit y rester six mois : ilréalise des expériences scientifiques, il prélève des échantillons pour les analyser.

Thomas Pesquet a effectué sa première sortie dans l’espace le 13 janvier 2017 pendant près de 6 heures. Il a pu mener à bien la totalité des tâches planifiées : il a remplacé des batteries, une caméra installée sur le bras robotique de la station.

Un héros planétaire

Avant son départ, Thomas répétait que les astronautes ne sont pas des superhéros. Pour rendre son travail accessible, il communique tous les jours avec la Terre, il raconte sa vie quotidienne sur son blog et sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Instagram.

Pendant son temps libre, il fait beaucoup de photos de notre planète depuis Cupola, une pièce de l’ISS entourée de 7 fenêtres. Il s’amuse à reconnaître la terre vue du ciel. Thomas Pesquet fait aussi partager ses playlists pop et électro à ses abonnés. Il tient donc sa promesse : partager son voyage dans l’espace avec nous.

space ISS / skeeze
CC0 Public Domain

Un entraînement de choc

Avant la mission, Thomas Pesquet s’est entraîné dans une piscine car c’est le meilleur moyen d’imiter l’absence de pesanteur. L’astronaute s’est aussi exercé dans un avion pour reproduire l’apesanteur dans laquelle il vit actuellement dans l’ISS pendant six mois. Enfin, Thomas Pesquet a passé des centaines d’heures dans un simulateur comme une méga console de jeux.

sortie dans l’espace
skeeze
CC0 Public Domain

Sources : futura-sciences.com, revue Wapiti n°355 d’octobre 2016

Tegra & Nathanaël

Où en est l’enquête sur l’attentat de Londres ?

En fin d’après-midi, le mercredi 22 mars 2017 à Londres, un homme a lancé sa voiture (comme lors de  l’attentat de Nice) sur le pont de Westminster qui mène au Parlement.

Londres
Photo : Sylvie DELORD

Londres
Photo : Sylvie DELORD

Il a ensuite poignardé à mort un policier avant d’être abattu par les agents de sécurité. L’attaque a fait une vingtaine de blessés, dont trois jeunes Français en voyage scolaire, et au moins cinq morts.

Les témoins ont vu un homme d’une quarantaine d’années qui portait une barbe, vêtu de noir. Il avait un couteau d’environ vingt centimètres. Ils ont entendu trois coups de feu. La chef du gouvernement Theresa May a précisé que cette attaque n’était pas un hasard : elle s’est produite dans le centre touristique et politique de Londres, contre le plus vieux parlement du monde, symbole de la démocratie occidentale.

Big Ben
Photo : Sylvie DELORD

Il y a eu treize attentats déjoués en Grande-Bretagne depuis 2013. Ce dernier, même s’il n’a pas été encore revendiqué, semble avoir été commis par un islamiste. « Plus les islamistes reculent en Irak et en Syrie, plus ils semblent avancer en Occident », a dit ce matin sur France Culture Erick Biegala, ce jeudi 23 mars 2017.

Cet attentat a eu lieu lors de la période pendant laquelle il y a le plus de voyages scolaires en Angleterre. Le ministère de l’éducation nationale a interdit tous les départs de groupes à destination de Londres, les 22 et 23 mars 2017. Les élèves et accompagnateurs déjà présents à Londres ont été redirigés en dehors de la capitale.

Cet attentat nous inquiète car à la fin de l’année scolaire nous devons aller en Angleterre, visiter la Cornouailles, avec nos professeurs.

 

Sources : La Montagne, l’Echo, France Culture et TourMag.com

Clarisse, Léonie, Clément et Tom