Retour à la maternelle !

Le mardi 11 avril, la classe de 6°F est allée lire à l’école maternelle des albums de Didier Jean et Zad, des auteurs invités du Salon Obja’dore lire. Je suis allée interroger les participants à ce projet pour savoir comment cela s’est passé.

Lecture de « N’oublie jamais que je t’aime » à des Moyenne section. Photo Eugène.com.

Ce mardi, de 14h45 (heure où les enfants se réveillent de la sieste) à 16h30, les élèves de 6°F ont lu, à toute l’école de la maternelle d’Objat, des albums de Didier Jean et Zad.

La classe était accompagnée par la professeur de français, Mme PAUTROT et la documentaliste.

Ils ont réalisé ce projet en AP (Accompagnement Personnalisé) avec leur professeur de français et la documentaliste. Ils ont lu un album, qu’ils avaient auparavant choisi et beaucoup répété, devant des groupes de 6 à 8 élèves. Chaque album a été lu quatre fois en moyenne.

Dorian lit « L’agneau qui ne voulait pas être un mouton ». Photo Eugène.com

Je suis allée voir les professeurs. Mme MARROU m’a expliqué que l’objectif, pour les professeurs, était de faire progresser les élèves en lecture mais aussi de les rendre plus autonomes. Elle dit : « Cela s’est très bien passé ! Tous les élèves étaient contents, les petits comme les grands,  et en plus, c’était un moment très calme, très agréable. Les élèves ont très bien lu, ils ont mis le ton, certains s’étaient même déguisés… ».

Mme PAUTROT ajoute : « Cela a été très profitable, les élèves ont beaucoup aimé et lorsqu’ils se sont retrouvés devant un petit groupe d’élèves, ils étaient très heureux de raconter des histoires ; finalement, la lecture de ces albums les a responsabilisés, ils sont devenus des animateurs et cela leur a beaucoup plu ! ».

Je suis allée demander son avis à Anaïs, une élève de 6°F, qui s’enthousiasme : « C’était bien de pouvoir jouer le rôle d’un adulte et de voir les petits, il y en avait qui étaient trop craquants, certains étaient attentifs et concentrés et d’autres étaient mal lunés car ils sortaient de la sieste ! Je trouve qu’ils ont bien réagi par rapport à l’histoire ». Elle ajoute : « Cela m’a apporté beaucoup de plaisir ! »

Article réalisé par Elise.

e-reporters : la 4e C a gagné !

Le jeudi 23 mars, les classes de 4ème C et 4ème A ont participé à la journée e-reporters à Tulle. En cours de français, nous avions travaillé sur la presse et les médias et créé notre blog, Le torchon corrézien, avec Mme DEHAN.

Conférence de presse sur les journalistes. Photo Laura Cardonne.

Le but de cette journée était de créer un blog et de rédiger par petits groupes des articles, soit sur des thèmes imposés (l’environnement ou être journaliste à notre époque), soit sur l’actualité.

Pour cela il y avait des conférences de presse.  Les 4e C étaient accompagnés par Mme Dehan et Mme CARDONNE, notre prof d’arts plastiques, car on avait décidé de réaliser un dessin de presse pour chaque article !

Mme Dehan et les élèves ont travaillé dur ! Photo Laura Cardonne.

On a travaillé toute la journée sur la rédaction des articles et sur les dessins. À la fin de la journée, nous nous sommes tous retrouvés dans l’amphithéâtre pour présenter notre blog aux autres classes ( 15 établissements participants dont 10 collèges). Puis le jury devait choisir le meilleur blog la semaine d’après.

Et la classe de 4ème C a gagné le 1er prix collège ! La remise des prix aura lieu demain, vendredi 14 avril, en salle de réunion à 13h30.

Article rédigé par Lisa, élève de 4e C ET journaliste à Eugène.com

Ils sont venus !

Le vendredi 7 avril, pour Obj’adore lire, nous avons reçu plusieurs auteurs au collège, Clothilde Delacroix et Gilles Bachelet ont rencontré les classes de 5°A et 5°B. Dans cet article je vais vous informer sur le déroulement de cette rencontre. 

Gilles Bachelet et Clothilde Delacroix observent l’exposition réalisée par les élèves. Photo Eugène.com

On avait préparé cette rencontre avec notre prof de français, Mme Chabrier, et la documentaliste Mme Marrou.

Gilles et Clothilde ont observé les dessins qui avaient été dessinés par les élèves et qui sont exposés dans le hall devant le CDI, dans notre fameuse exposition La paix, on s’en bat les plumes !

Le travail des élèves leur a vraiment plu mais ils n’ont malheureusement pas pu les dédicacer comme nos professeurs l’avaient prévu, car ils n’ont pas souhaité signer nos dessins, ils nous ont expliqué qu’ils ne signaient que leurs propres dessins.

Ensuite les élèves se sont installés sur des chaises en arc de cercle devant Clothilde et Gilles.

Les élèves ont pu leur poser tout type de questions auxquelles les auteurs ont gentiment répondu. Les élèves étaient très contents et ont vraiment été intéressés par les réponses complètes des auteurs.

Ils nous ont dit : 

Gilles, en plus de son travail d’auteur-illustrateur, est professeur de dessin à Cambrai,  alors qu’il voulait devenir vétérinaire quand il était adolescent (mais il était nul en sciences !).

Clothilde, quant à elle, réussit à ne vivre que de ses livres.

Gilles a travaillé pendant longtemps pour un magazine, Marie-Claire.

Ils se sont rencontrés sur Facebook en échangeant des dessins.

Gilles et Clothilde ont terminé leur dessin. Gros succès auprès des élèves ! Photo Eugène.com

Des dessins, réalisés par les auteurs

Pour finir ce bon moment passé à leurs côtés, les auteurs ont réalisé un dessin sur le thème choisi par les élèves.

Les 5°A ont choisi l’école et les auteurs l’ont représentée par des colombes et les 5°B ont choisi les lapins parce que les auteurs leurs avaient parlé de ces animaux car c’est avec des dessins de lapins qu’il se sont rencontrés sur Facebook.

 

Article rédigé par Amélia.

L’eau, c’est la vie !

L’eau est un élément très important ,car celui- ci nous permet à tous de pouvoir vivre. Le corps est composé à 70 % d’eau, ce qui fait que pour un élève de 50 kg il y a 35 litres d’eau dans son corps ! Alors, comment faire pour préserver cette ressource ?

L’eau, source de vie. Source : Wikipedia

La consommation d’eau dans le monde

C’est très variable d’un pays à l’autre, en fonction des habitudes et des installations en eau. Aux Etats-Unis par exemple, on consomme en moyenne 295 litres d’eau par jour et par personne. En France 156 litres. Et en Inde seulement 25 litres d’eau !!!

Combien de litres d’eau consomme-t-on en moyenne par jour ?

  • Quand on fait la vaisselle à la main, on utilise entre 15 et 30 litres d’eau.
  • Quand on se brosse les dents on utilise en moyenne 15 litres d’eau. Incroyable !
  • Quand on tire la chasse d’eau, on utilise entre 4 et 10 litres d’eau.
  • Quand on prend une douche on utilise en moyenne 70 litres d’eau.
  • Quand on prend un bain en moyenne 200 litres d’eau.

Alors comment économiser l’eau ?

A notre niveau, on peut faire des gestes simples :

  • Ne pas laisser couler l’eau quand on se savonne ou qu’on se lave les dents. Un simple gobelet d’eau peut suffire pour se rincer la bouche !
  • Prendre une douche au lieu d’un bain, parce qu’un bain consomme 3 fois plus d’eau qu’une douche de 5 minutes.
  • Ne pas arroser les plantes trop souvent et récupérer l’eau de la pluie qui est gratuite et qui plaira tout autant aux fleurs.
  •  Faire réparer les robinets, un robinet qui fuit perd jusqu’à 120 litres d’eau par jour !
  • Mieux utiliser les appareils électroménagers : ne faire tourner le lave-vaisselle ou le lave-linge que quand ils sont pleins !

Source :Wikipedia / Nature obsession

Des idées pour consommer moins : Conso Globe

A vos consoles !

Au début du moi de mars, un nouveau jeu est sorti sur la console Nintendo Switch,  je vais donc vous le présenter !

Un nouveau héros. Source image : THM Magazine.

Un nouveau jeu est sorti, son nom est « The legend of Zelda breath of the wild » (c’est long !). Ce jeu est une aventure qui se déroule dans le royaume d’Hyrule. J’y ai joué, c’est super !

Quels sont les personnages ?

Il y a plusieurs personnages principaux : Link, la princesse Zelda, Ganon le Fléau (c’est le méchant !)…

Quelle est l’histoire ?

Après un long sommeil de 100 ans, Link se réveille dans la chambre de résurrection. Quand il sort de la chambre, il voit un vieillard puis il se dirige vers lui. Pour cela, il va devoir escalader une grande façade ! Quand il arrive près du vieillard, le vieillard lui avoue qui il est vraiment : c’est le prince du royaume d’Hyrule, il lui explique ce que le royaume est devenu sous le grand Fléau.

Au fil du temps, Link va visiter des sanctuaires qui sont des épreuves. A la fin de chaque sanctuaire, il reçoit un emblème de triomphe. Au bout de 4 emblèmes du triomphe il peux échanger ça contre de « l’endurable » ou 1 coeur . Il va aussi aller visiter des villages comme Cocorico, Hélimite,  le domaine de Zora, la montagne Goron … Il va aussi pouvoir avoir des quêtes par les habitants des villages et beaucoup d’autres personnes aussi. Après  les quatre créatures divines, il pourra enfin combattre « Ganon le Fléau ».

Ecrit par  Nathan Lebellegard.

 

Notre invité spécial : l’écrivain Yves Grevet

Nous avons eu la chance de rencontrer l’auteur Yves Grevet vendredi 07 avril 2017 avec notre professeur de français Mme Dehan qui nous a fait découvrir le roman Meto. Il a discuté avec notre classe de 5e C au CDI autour de son livre, pendant le salon Obj’adore lire. Nous en avons profité pour lui demander une interview exclusive pour notre journal !

 

Réalisation de la Vidéo  :

Claudia et Solange interviewent Yves Grevet au CDI, Ambre est à la caméra (iPad). Le montage est réalisé par Claudia et Solange avec iMovie et la vidéo est postée sur You tube avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Impressions romaines

Les 3° et 4° sont partis le mardi 14 mars vers midi pour un voyage vers Rome et ses horizons… Long trajet mais amusant à plusieurs ! Dans cet article, nous avons interrogé plusieurs élèves pour connaître leurs impressions sur les visites. Découvrez Rome avec leurs yeux !

Le Colisée ! Photo Eugène.com

Un trajet très long

Après un trajet très long de 20h dans le bus avec des arrêts toutes les deux ou trois heures même la nuit, ce qui est très pratique pour dormir (!!!) nous sommes enfin arrivés le mercredi matin à 8h dans le centre de Rome.

Notre voyage en bref

La fontaine de Trevi. Photo Eugène.com

Le midi, nous avons mangé dans un restaurant où nous avons découvert que les italiens mangent beaucoup :  un plat de pâtes rien qu’en entrée !

Puis en fin d’après-midi, retour au bus pour encore 2h de route. Enfin arrivés à l’ hôtel, nous mangeons directement dans le réfectoire, pressés de découvrir nos chambres !

Grande surprise, nous découvrons pour la plupart de petites chambres ressemblant à des chambres d’hôpitaux…

Les matins nous étions réveillés à environ 6h30 pour un petit déjeuner à 7h et un départ à 7h30. Et pique-nique les midis pour le reste du voyage à l’exception du vendredi où nous avons pu voir la … MER!

Puis plusieurs quartiers libres pour acheter des souvenirs et bien sûr des glaces italiennes ! Le samedi… « Arrivederci « (au revoir) Rome ! Nous partons donc à 6h pour la France avec de nouveau 20h de route !

Des témoignages sur les visites

La basilique Saint Pierre. Photo Eugène.com

Le premier jour, dans la matinée, nous avons fait une petite visite du forum romain puis du Colisée, qui a enchanté les élèves. Eva s’extasie : « C’était immense et magnifique ! Très intéressant à visiter, surtout avec les différents étages, on pouvait voir le vide ! »

Ensuite le lendemain, nous avons visité les catacombes de Saintes Callixte. Claire a adoré : « J’avais l’impression d’être dans un labyrinthe dans le noir ! J’ai adoré voir un squelette ! C’était très instructif ! »

Le même jour, nous sommes allés découvrir la basilique St Pierre. Marie-Eve explique « J’ai adoré car je n’ai pas l’habitude de voir de si grand monuments, les sculptures et les peintures étaient très travaillées. Le baldaquin était splendide ! »

Les jardins d’Este. Photo Eugène.com

Par la suite, on a fait la visite de la ville antique d’Ostie et des magnifique jardins d’Este. Lou est très enthousiaste : « Il y avait un point de vue magnifique d’où l’on pouvait voir toute la ville, de magnifiques fontaines et statues, et bien sûr beaucoup de verdure, avec de grandes allées de haies ».

Et pour le dernier jour, nous avons découvert la Piazza Navona et la fontaine de Trevi !

Encore une fois, les élèves ont beaucoup aimé, Claire nous précise : « C’était magnifique, nous avons pu jeter notre pièce en faisant un voeu même s’il y avait énormément de monde. C’était très bien sculpté, de magnifiques statues ! »

Comme vous pouvez le constater, les impressions sur ce voyage à Rome sont très positives, nous avons vraiment vu de très belles choses !

Migrants : après le démantèlement de la jungle

Suite à un de mes premiers articles sur l’accueil des migrants à Voutezac, un commentaire avait été posté sur notre blog par une bénévole de Calais, Anne Mainy. Elle était soulagée de les savoir logés, les ayant connus avant que la « jungle » ne soit démantelée.

A l’aide de Mme Marrou et d’Elsa, nous l’avons contactée afin d’en savoir plus sur l’état actuel des migrants à Calais.  Anne Mainy est bénévole depuis un peu plus de deux ans maintenant et également journaliste de profession dans un journal hebdomadaire local, « L’Indépendant du Pas-de-Calais ». Elle a accepté de nous répondre.

Des micro-jungles

Un logement dans la micro-jungle. Photo Anne Mainy.

Aujourd’hui, la jungle de Calais a été démantelée. Il existe maintenant des micro-jungles.

L’une d’elle se situe à Tatinghem. C’est un petit camp, qui compte entre 30 et 40 personnes, composé d’Afghans et de quelques Iraniens : ados et jeunes adultes, uniquement des hommes. Le camp de Tatinghem est dans un fossé, entre deux champs  abrités de quelques arbres ; à 50 minutes à pied il y a une aire d’autoroute qui mène… à l’Angleterre.

Il est fabriqué à base  de bois de palettes tendus de bâches en plastique. Ce serait Médecin sans frontières  qui aurait construit un abri de cuisine et un abri en contreplaqué, d’après Anne Mainy. Depuis deux ans, à l’aide d’un groupe électrogène, ils ont l’électricité pour ne pas être plongés dans le noir dès la nuit tombée, mais aussi pour recharger leur portable, outil indispensable pour garder un contact avec leur famille. Malheureusement, la durée de vie de ces générateurs est courte et c’est un coût énorme pour les bénévoles et les associations.

La base de la survie

Des bénévoles d’Emmaus, du Secours catholique, de La Croix Rouge, de MSF et des citoyens anonymes  sont là chaque semaine pour leur apporter de quoi cuisiner eux-mêmes, dans des conditions très précaires : des fruits, des légumes, des pommes de terre, du riz, des œufs, du thon, beaucoup d’huile qui est à la base de la cuisson de tout leurs plats, du pain, des boîtes de conserve, du sucre et du thé. Mais aussi des citernes d’eau (pour la toilette et pour boire) et du bois de palettes pour se chauffer.

Un local pour l’hygiène et un peu de détente

Le local où les migrants boivent le thé après la douche. Photo Anne Mainy.

Un petit chalet permet aux hommes de venir se laver et trouver des vêtements propres 4 jours par semaine. C’est l’occasion aussi de se poser quelques heures au chaud pour boire un thé, manger des dattes et du ferni, un dessert afghan à base de lait, de sucre et de maïzena.

Des conditions de vie très difficiles

La réalité est très dure. La boue omniprésente, le froid, la faim, les rats (qui sont attirés par la nourriture stockée)… Cette mini-jungle est loin d’être un paradis . Mais surtout les hommes sont dans une interminable attente. Plus le temps passe, moins ils ont d’espoir pour pouvoir gagner l’Angleterre …

On ne sait pas ou très peu ce qu’ils ont vécu dans leur pays et sur la route. Mais Anne Mainy nous dit « Et pourtant ils ne se plaignent jamais. Ils vous accueillent avec le sourire. Quand on leur demande comment ils vont : ça va toujours bien ! Et ils répondent toujours « Mouchkil nasta ». Pas de problème. Et ils sont toujours prêts à vous offrir le thé ».

Des moments de détente

Les bénévoles créer des moments de fête. Ils ont préparé  Noruz, le nouvel an perse, mardi 21 mars. « Un truc simple, mais un moment de partage  » nous informe Anne Mainy ; il y avait des chips, du coca, des fruits secs, de la musique de leurs pays…

Les bénévoles et migrants fêtent le nouvel an ensemble. Photo Anne Mainy.

Des fois, il y a  une bonne nouvelle, « trop rare hélas » , nous avoue Anne Mainy, comme un ancien migrant qui envoie de ses nouvelles. Quelques mineurs ont pu passer légalement quand Calais a été fermé et avant que l’Angleterre ne leur referme ses portes… « Nous avons la chance de leur rendre visite à Londres et Birmingham : quel plaisir de les voir reprendre le cours de leur vie » nous confie Anne Mainy, qui ajoute : « ils peuvent enfin vivre leur jeunesse. »

Elle espère que ceux qui ont finalement choisi la France vont pouvoir aussi se construire une nouvelle vie. Nous l’espérons aussi !

Grippe aviaire : plus un seul canard dans les élevages

Je pense que vous avez tous entendu parler de la grippe aviaire depuis quelque temps, on en parle beaucoup aux infos. Dans cet article je vais vous aider à comprendre ce qui se passe à ce sujet dans le Sud-Ouest.

Source image : pixabay.com

La grippe aviaire est une maladie infectieuse des oiseaux causée par différents virus. Elle peut se transmettre à l’homme.

Elle est présente dans tout le Sud-Ouest en ce moment, ce qui est dangereux pour  ceux qui consomment du canard ou qui approchent les canards.

Dans cette région, on compte 1 134 communes dans lesquelles il y a des éleveurs de canards. Ces éleveurs vont devoir réaliser un vide sanitaire qui commencera  le 17 avril  et qui se terminera le 28 mai. Durant ces 6 semaines, les éleveurs n’auront pas droit de mettre des canards dans leur élevage. Cela veut dire que les bâtiments devront être vidés et nettoyés, il faut que tout les excréments des animaux soit évacués des exploitations.

Pour certains éleveurs ce vide sanitaire sera le deuxième en 1 an. Lorsque en 2016 cela avait été imposé il y avait eu 18 départements  concernés. On espère que ce sera le dernier épisode de grippe aviaire.

Sources :  http://www.sudouest.fr . / Futura Santé

Article rédigé par Amélia.

Obj’adore lire : La paix, on s’en bat les plumes !

Les élèves des classes de 5° A et B vont rencontrer Gilles BACHELET et Clothilde DELACROIX pour le salon Obj’adore lire !

Ils ont réalisé un projet qui porte sur ces deux auteurs avec Mme Chabrier leur prof de français et Mme Marrou, la documentaliste. Dans cet article on va vous informer sur le projet.

Le livre étudié en classe. Source image : Actes Sud.fr

La découverte de l’univers des auteurs

Pour commencer le projet, Mme Marrou s’est rendu dans la salle de français pour présenter aux élèves des livres de Gilles BACHELET et d’autres de Clotilde DELACROIX.

Parmi ces livres, il y avait un livre qui avait une particularité : ces deux auteurs l’ont rédigé ensemble !

Ce livre s’intitule  La paix, les colombes !

Dans l’album, on trouve des dessins représentant une colombe dans différentes situations, mais pas n’importe quelle colombe, attention ! La colombe de la paix avec son rameau d’olivier  ! Les élèves ont travaillé sur plusieurs dessins pour les analyser et comprendre leur humour.

La réalisation de dessins par les élèves

Dessin réalisé par Agathe Landes. Photo Eugène.com

Le travail des élèves était de réaliser un dessin sur un sujet d’actualité (guerre, terrorisme, politique, environnement, inégalités… ). Il fallait que ce dessin représente la colombe et qu’il soit humoristique, comme un dessin de presse.

Une exposition et un livre

Dessin réalisé par Jules Signarbieux. Photo Eugène.com

Ces dessins seront exposés dans le hall du C.D.I. à partir de vendredi 07 avril, lors de la venue des auteurs  !

Le titre de l’exposition est : La paix, on s’en bat les plumes !  Les élèves pourront faire signer leurs dessins par les auteurs. Mme Marrou et Mme Chabrier ont  réalisé un petit livre avec tous les dessins des élèves pour l’offrir aux auteurs.

Je pense que les élèves ont très envie de rencontrer les auteurs pour leurs montrer leur chef d’oeuvre !

Article rédigé par Amélia