Mise en lumière des salles obscures

Un blog hébergé par Canopé Académie de Limoges

By

LES ENFANTS DE CAYENNE ET LA MÈRE DE L’IRAN

Madame Cléante n’ira pas au cimetière, réalisé par Pamela Varela, nécessiterait que je le regarde plusieurs fois pour le comprendre. Ce film m’a paru très étrange, notamment dans une scène où on voit l’un des personnages principaux porter un étrange masque de taureau : c’est un vrai crâne qui entoure la tête du personnage, avec des grandes cornes. Cette scène est représentée trois fois. Elle m’a apportée une certaine confusion qui m’a menée à me poser des questions.

Les paysages m’ont beaucoup marquée par leur beauté et m’ont permis de faire la découverte de la Cayenne.

Madame Saïdi, realisé par Bijen Anquetil et Paul Cortez, est un documentaire sur une vieille actrice iranienne. Le portrait du personnage est intéressant grâce à son caractère exhibitionniste. C’est une dame qui veut monopoliser les habitants. Dans le taxi, elle veut absolument savoir ce que le chauffeur avait récupéré dans un sac plastique. Le chauffeur tente de lui faire comprendre que c’est intime et personnel mais elle insiste, puis elle commence à le critiquer. Elle veut se montrer aux yeux de tous et faire savoir aux gens ce qu’elle a accompli.

Ces deux films nous permettent de faire une découverte. Madame Cléante n’ira pas au cimetière, c’est la découverte esthétique de paysage ; Madame Saïdi, la découverte d’un personnage excessif.

Borislava

By

Les contradictions de Mme Saïdi

Mme Saïdi de Bijan Anquetil et Paul Costes est un documentaire sur Mme Saïdi, comedienne et mère d’un martyr, tourné en Iran au sud de la capitale.

Nous avons été très choquées lorsque Mme Saïdi feuillète son album de photographies car on voit des images du cadavre de son fils qui a participé à la guerre entre l’Iran et l’Irak. Mme Saïdi est musulmane pratiquante mais elle est contradictoire car nous voyons dans une scène des parents amener leur fille chez cette dernière. Or, celle-ci  demande à la petite fille de sauter par dessus des braises pour pouvoir l’éloigner du mauvais œil. Cette pratique de la magie noire est contraire à sa religion.

La vielle dame est un personnage atypique, quelque peu égoïste et se croit supérieure aux autres. Nous avons remarqué qu’elle faisait certaines actions seulement pour la caméra. Par exemple, elle arrête une jeune femme qui n’est pas à l’aise devant la caméra pour la convaincre de ne pas aller chez le médecin car elle pense que les médecins ne sont pas aussi qualifiés qu’elle.

Malgré tout, le personnage  reste tout de même divertissant et amusant, en particulier quand il essaie de marchander à l’aide de son fils sur le salaire pour ce documentaire. Mme Saïdi compare les sommes qu’elle gagnait pendant son ancienne carrière à celle de ce film. À première vue, elle n’a pas le physique d’une personne riche mais plutôt d’une femme moins aisée ; ce qui est en contradiction avec son exhibitionisme.

Nadia et Aylin

By

La vie d’une femme de Téhéran exceptionelle.

Mme Saïdi de Bijan Anquetil et Paul Costes met en scène sous la forme d’un reportage du rythme naturel le portrait d’une vieille dame de Téhéran. Mme Saïdi est une actrice comique qui est toujours en représentation. Elle a vécu la guerre d’Iran et de l’Irak et en tant que mère, y a perdu son fils. A travers ce film, j’ai rencontré un personnage très drôle mais trop narcissique et sûr de lui. Mme Saidi n’apprécie pas qu’on puisse la contredire ou la mépriser, elle est très expressive jusqu’a faire des grimaces. On a l’impression qu’elle vit sur une scène de théâtre. Sa brusquerie m’a beaucoup fait rire. J’ai trouvé ce personnage fascinant du début à la fin. En effet, à un moment, par exemple, Mme Saidi paraît dure quand elle se met en colère car un homme de la mosquée désirait parler contre elle. Toutefois, mis à part ce comportement grossier, je trouve que c’est une femme qui aime beaucoup s’occuper des gens et les aider car elle dit avoir des dons de guérison et s’en sert pour soigner ses voisins.

La qualité de ce film tient à l’émotion que j’ai ressentie : j’ai été bousculée, émue à la fois contrariée et admirative !

 

Iness 3ème4.

By

Les interviews des réalisateurs en ligne sur youtube! Bon visionnage !

voici le lien pour visionner en direct les interviews des réalisateurs de « l’île jaune » et « la bande à Juliette » présentés à la clôture du festival:

By

« Leçon d’écriture » au coeur de la rédaction du journal La Montagne

Après avoir vus nombre de films en compétition, composé des écrits cinématographiques avec Mme Guérin, l’équipe se rend à la rédaction du Journal la Montagne de Brive:

présentation du « chemin de fer », choix des mises en page de la Une, rencontres avec les journalistes, les photographes, visite des locaux du journal…

en salle de redac lamontagnea lamontagne 2a la montagne

By

Interview du réalisateur de « la bande à Juliette »!

Les invités du deuxième interview vont entrer, les rôles s’inversent:

Tom et Esteban passe à la technique, Gizem et Swann relisent leurs questions.

Le réalisateur et la productrice du moyen métrage « La bande à Juliette » prennent place, les questions sont nombreuses, tous les élèves ont voté en faveur de cet opus.

En attendant les résultats dimanche soir, « la bande à Juliette » a déjà tous les suffrages des reporters du collège !

imageimageimage

By

Interview de la scénariste et du réalisateur de l’Ile jaune »

Vendredi 11h20, au coeur du festival dans une petite salle surplombant l’entrée du Rex, l’équipe se prépare à accueillir le réalisateur et la scénariste de « L’île jaune »:

Tom relit ses notes, Esteban modifie la tournure d’une question;

Gizem et Swann sont à la technique :

« -Descends la perche pour le son, il ne faut pas qu’on la voit à l’écran!

– Ok, c’est bon, tu as les deux fauteuils dans le cadre de la caméra?

-ça y est. « 

gizem camera olivier esteban tom

Tout est prêt. Ils sont concentrés et heureux de réaliser leur premier reportage.

Olivier fait signe aux jeunes reporters, les invités s’installent:

c’est parti!

ile jaune gizem tom estaban realisateurile jaune lea guillaume esteban tomile jaune tom lea guillaume swann

 

 

 

By

Le Mystère de l’Ile Jaune

L’Île Jaune de Léa Mysius et Paul Guihaume, tient le spectateur en haleine tout au long de scènes surprenantes grâce au lieu fantasmagorique de l’île, avec pour seuls habitants, les oiseaux.

Cette île au centre d’un étang est visitée régulièrement par Diego ( Alexandre Branco acteur talentueux ) adolescent de 14 ans qui entraîne Ena ( Ena Latourneux actrice fabuleuse ) sa coéquipière de voile, pour un week-end.Le soir, ils essaient de s’endormir dans une petite cabane où Diego à l’habitude de se réfugier. Les bruits nocturnes empêchent Ena de trouver le sommeil, elle joue avec la lampe de poche allumée, s’approprie ce nouvel espace et titille Diego.

Elle lui dit « Je suis tombée amoureuse d’un pêcheur ».

On voit alors le bras de Diego traverser le cadre dans la pénombre, et soudain on entend une musique classique surgir.

Cette séquence met en scène le mystère de l’île incarné par Diego.

Camille 3eme1

By

Les deux réalités de Maglone

la bande à Juliette

quand Maglone (Faustine Levin) frappe

Vincent violemment cette scène arrive

vers la fin du film : le coup de poing

de Maglone a la forme d’une vengeance.

Ils sont en vacances dans la maison familiale de Juliette

  • Juliette,Vincent,Fabrice et Dimitri étaient maquilles en rouge

les deux équipes s’affrontent

Maglone,Antonella,Guillaume

Étaient maquilles en bleu

le but du jeu était d’aller récupérer une tête en bois dans l’équipe adverse.Le jeu se passe bien jusqu a ce que  Vincent mette  une main au fesse a Maglone c’est à ce moment la que Maglone lui balance un coup de poing qui le met a terre la tête la première sur le sol les autres regardent!

 

 

 

By

L’Île de Diego

“ L’Île Jaune ” est une île qui fait grandir ses personnages. Cet espace naturel battu par les vents et baigné de soleil symbolise un refuge, un tombeau, et un lieu de perdition au milieu de l’étang.

Diego, incarné par Alexandre Branco a deux visages. Sous son air sauvage, il est attentif et très sensible aux réactions des autres.

Il entraîne Éna ( Éna Letourneux ) sur l’île pour y passer un week-end. Le lendemain matin elle se réveille seule sur l’île. Elle a perdu Diego. Ouf, elle le retrouve mais leur bateau n’est plus là !

S’ensuit une scène où Éna se met en colère contre Diego qui disparaît peu après ! Elle part à sa recherche.

Les oiseaux volent partout autour d’elle. Ils poussent des cris suraigus qui emplissent l’atmosphère de la salle de cinéma. Nos sens sont développés dans le noir et on se sent comme encerclé par ces oiseaux. On comprend la jeune fille dont la panique croît en même temps que la nôtre. La scène est aussi très vive grâce à la lumière intensive qui nous aveugle presque.

“ L’Île Jaune ” nous emporte dans une expérience initiatique à travers l’évolution du personnage d’Éna.

 

Emeline