« Façade de nuances »

© Michel VAUQUOIS

Immeuble saccagé, rempli de pauvreté
Des fenêtres cassées, par le temps écoulé
Le haut est comme abstrait, rempli de divers carrés
Le bas est contrasté, presque inadapté

Sa façade orientale apparaît inversée,
Des rideaux extérieurs, quasiment chamboulée,
Au détours d’un carreau une envie d’étonner
De bouleverser les règles et l’uniformité

On passe de l’industrie à un autre pays
De l’ambiance morose et celle qui refroidit
Au voyage chaleureux, celui qui nous réjouit
L’étonnement surgit, contre la symétrie

Lysandre JANDARD (3ème)

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Polka

© poloniamusic.com


À deux temps, assez lent, il la voit, il sourit, il l’invite sur le rythme frénétique d’une danse fantastique.

À deux temps, un peu moins lent, l’entraînant, tournoyant, survolant, virevoltant sur la piste allégrement.

À deux temps, un peu plus vite, sur une danse magique, son cœur palpite, prise de panique, elle prit la fuite

Toujours à deux temps, il la rattrapa et, sur une polka, Paul plaqua sa Paula.

Enora BARRUEL (3ème)

Publié dans Le Cageot | Laisser un commentaire

« Rivière de sang »

© Michel VAUQUOIS

Ruisseau du temps
Rouge et grisant
Longeant les pierres
L’effroi d’hiver

Roche souffrante
Pour qui s’y plante
D’une âme, qui, blanche
Prend sa revanche

Sous la tempête d’un feu d’éternel chaos
Des larmes rougeâtre d’une rivière de peau
S’écoule plus vive sur la terre d’anciens fléaux
Par pitié, s’emporte d’une rivière sans eau

D’un rayon vespéral du soleil pesant
Sous l’étau noyé par la douleur du néant
Calme et vive de petites secousses
Le miroir reflète l’apparence qui repousse

Encore les sanglots
Du vent qui sur l’eau
D’une pierre tavelée
N’a plus de beauté

Elle apaise tous les cœurs,
D’une falaise sans malheur
Dont la rivière prend fin
Le goût du sang, le lendemain

Lisa DARRIN (3ème)

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

« Goutte d’eau »

© Michel VAUQUOIS

En automne les feuilles jaunisse,
Telle une goutte de pluie
Elles tombent sans aucun bruit.

En automne les feuilles qui tombent
forment un lit pour tous les animaux
Pour les colombes venant en trombe.

En automne, les feuilles prennent l’eau
pour naviguer tel un bateau,
Qui ne passera pas inaperçu.

Anaïs FAYE (3ème)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le Chapeau

© Femmes à chapeau (188) Kees Van Dongen (1877-1968)

Le soleil tapisse cette blanche peau qui sous son chapeau, camoufle une passion débordante. La chaleur gagne son petit corps frêle toutefois son sourire ne s’évapore guère. La nature l’encercle et l’envoûte dans son élan de justesse verdâtre. L’ombre du galurin, sur le visage du galopin, souligne ce regard incertain.

Il s’élance sur cette terre de feu qui demain sera charmé par un brouillard campagnard et instaurera son règne jusqu’au zénith.

Les heures filent, l’enfant se fatigue, le soir paraît et la chaleur se dissipe. Son corps est rougi par les rayons nuancés de la journée, la chaleur sur la peau, hors du chapeau.

Emma MEHAYE (3ème)

Publié dans Le Cageot, Pastiches | Laisser un commentaire

La Poussette

© wuillaume

A mi-chemin du poupon à la sucette la langue française a poussette, petit écrin qui porte dans son cœur un merveilleux bijou. Cet écrin rose ou bleu fait voyager son bijou blanc, noir, métisse, dans des paysages plus beaux les uns que les autres.

Avec sa sucette ou son poupon, petit bijou se repose dans cette petite voiture à sa taille. Tellement douce, tellement confortable, cette impression d’être dans les nuages : le joyau  peut rêver.

De descendance en descendance, ce carrosse reste l’endroit où tous les petits bijoux ont passé de beaux et paisibles instants.

Lucie GONCALVES BALAYER (3ème)

© wuillaume

Publié dans Le Cageot, Pastiches | Laisser un commentaire

La Valise

© laboiteverte.fr

Le souffle saccadé, la valse se désiste de la brise dans un soubresaut de valise. Transportant souvenirs et air nouveau, elle enferme une identité certaine.

De quelque matière, peu importe. Dans son élan, de ville en ville, de pays en pays, impensable, elle est indispensable. Encombrée, pressée, secouée ; forte et indemne, elle retourne à la terre, toujours.

Dans son intérieur chaud et compressé, la couleur s’y entasse, se secoue, au fil des roues. Elle se déleste, immobile, du long voyage et des sentiers parcourus. Du temps qui afflue sans que les aiguilles tournent, dans une pièce où, seule, elle reste close.

Lisa DARRIN (3ème)

Publié dans Le Cageot, Pastiches | Commentaires fermés sur La Valise

Paysage d’antan

Nicolas de Stael – « Sicile – vue d’Agrigente », 1954 (huile sur toile – 146x114cm) –

 

 

« Paysage d’antan »

 

La lune s’est éteinte,
Quand la lumière jaillit de mille feux d’une étreinte,
D’un duvet pourpre et neutre de jacinthes
Le paysage me recouvre d’une brume de crainte

La verdure de nos enfances,
Prisée par la douceur d’une brise clémente
Perdure à nous charrier par son absence
Belles couleurs, voici donc le prix de votre silence ?

Dans l’océan de noirceur,
S’abat le terrible néant
Prise d’une soudaine douleur
Mon cœur cesse ses battements

Un nuage de terreur m’engouffre,
Me voici pétrifiée, impuissante
Durant le cri de la peur qui m’étouffe
Malgré un faciès si doux et innocent

Le vent tressaille dans mes cheveux
Ma respiration se saccade, et se brise en deux
Angoissant, effrayant, horrifiant, qui dit mieux ?
Face à ton habile paysage dédaigneux

Les vagues de pénombre lointaine m’ont raflée,
L’encre déversée sur l’ancien abime de clarté m’a laissé,
Tout au creux de ma main tremblotante et abimée
Cette perle mousseline du muguet

Lisa DARRIN

Publié dans Libre Plume, Poésie | Laisser un commentaire

Fleur timide

© Lagarde

sous le soleil ardent
une fleur timide
pleure discrètement

Lisandre Lacombe (6ème)

la tempète brutale
emporte les fleurs des cerisiers
dans la brume incertaine

Lisandre Lacombe (6ème)

la mer semble s’amuser
à noyer dans ses vagues
le regard inquiet de la mère

Emilie Techer (6ème)

le sable blond
accueille et engloutit
les eaux bleues

Manon Plat (6ème)

dans la chaleur de l’été
les feuilles et les arbres fruitiers
s’écoutent respirer

Louison Réveillère (6ème)

le poisson passe discrètement
sous les eaux bleues et calmes
une baleine sursaute

Pauline Lavergne (6ème)

la neige d’hiver se pose sur le toit
d’une triste maison qui semble inhabitée
soudain, une lumière à la fenêtre

Kylian Schwevck (6ème)

sur une branche fragile
un oiseau semble assoupi
soir d’automne

Kuddussi Gunay (6ème)

 

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Humeur noire de ramoneur

Cher Père Noël,

Je m’appelle Jean-Robert, j’ai 49 ans et je suis ramoneur de cheminée. Cette année j’ai énormément travaillé. J’ai ramoné, au minimum, des milliards de cheminées! Ça m’a tellement fatigué que je dormais au lieu de regarder Auto-Moto le dimanche matin! J’imagine que tu comprends que ça ne peut plus durer…
      Alors, pour Noël, j’ai décidé de te demander, une chose, une seule chose, rien de plus! J’aimerais, s’il te plaît, que lorsque que tu passeras ton gros ventre (N’écoute pas la Mère Noëlle qui veut te mettre au régime! Mange, il te faut prendre des forces!) dans les cheminées, tu en profites pour nettoyer le conduit. Utilise aussi ta barbe et  tes cheveux pour nettoyer la suie, fais descendre avec toi un ou deux de tes rennes si le conduit est trop large, mais, s’il te plaît, fait quelque chose pour alléger mon travail. Je comprendrais que tu ne veuilles pas salir ta barbe toute blanche (la Mère Noëlle pourrait râler un peu…), mais tu peux demander à tes lutins d’astiquer les conduits de cheminées :  payer des lutins, toute l’année, pour construire trois trains en bois et six Barbies, je trouve cela un peu exagéré.

© gigistudio.over-blog.com
      Voilà, Père Noël, si tu as du cœur, tu le feras; sinon, c’est que tu es un être égoïste et qui n’a aucune pitié pour les personnes surchargés de boulot, comme moi.
      A bientôt
      Jean-Robert

PS : Est ce que ce serait trop te demander de m’apporter des piles? Celles de la télécommande ne fonctionne plus et ma femme, Suzette, ne veut pas aller en acheter pour moi… Elle refuse même de se lever pour changer les chaines pendant les pubs!

Lysandre JANDARD
(3ème)

Publié dans La Lettre au Père Noël | Laisser un commentaire